Une place dans ce monde йtroit

А la fin de dйcembre 2005 le Prйsident du Bйlarus Alexandre Loukachenkoa donnй une interview au “Journal Russe”
“Le journal Russe”: Mr. Prйsident, aujourd’hui, presque 15 ans aprиs la dйsagrйgation de l’URSS, comment voyez-vous la place de la Rйpublique du Bйlarus sur la carte politique du monde par rapport а l’йtranger, quelles sont les relations du Bйlarus avec les voisins? Voyez-vous le Bйlarus comme une partie de la maison europйenne commune ou le Bйlarus va quand mкme par son propre chemin?

Alexandre Loukachenko: Il y avait l’Union Soviйtique, un grand pays, ce pays occupait une place dйfinie dans le systиme des relations internationales. Et soudain aprиs la dйsagrйgation de l’URSS sur cet espace gйopolitique apparaissent 15 nouveaux Etats. Mais il est impossible de les additionner arithmйtiquement et de distribuer la place de l’Union Soviйtique dans la politique internationale et de la fixer pour tous. De nouveaux йtats sont apparu, mais dans ce monde йtroit, si on peut le dire, toutes les places sont dйjа occupйes. La Russie, certes, йtait dans une situation privilйgiйe, elle йtait le successeur de l’Union, c’est elle qui a pris la place de l’Union
Soviйtique.

“J.R.”: Mais avec tous les problиmes et les dettes de l’URSS...

Alexandre Loukachenko:
Oui. Mais les autres rйpubliques sont nйanmoins restйes sans place sous le soleil. Maintenant imaginez-vous: il y a un rang йtroit de gens et soudain il y a encore 15 personnes qui apparaissent, ils leur faut aussi de la place. Nous allons probablement “serrй” quelqu’un, nous allons “touchй” quelqu’un de l’йpaule. En effet, un pays comme le Bйlarus n’existait pas, un pays absolument indйpendant, avec sa propre politique extйrieure, ses intйrкts, son point de vue. Bien sыr, nous aussi, nous avons dы chercher notre place. Du point de vue gйographique c’йtait йlйmentaire. Dieu a tout dйfini...

“J.R.”: Le Bйlarus est le centre de l’Europe.

Alexandre Loukachenko:
... Oui, le Bйlarus est au centre de l’Europe. Cela explique tout. Nous ne devons pas penser si nous sommes “avec l’Europe ou sans l’Europe”. Notre situation gйographique est une rйalitй. Quant а l’Etat avec tous ses attributs et ses instituts du pouvoir, nous avons dы le crйer. Et nous l’avons crйй. Il ne restait qu’а l’intйgrer dans le systиme des relations internationales.

“J.R.”: Et le monde a dы accepter le Bйlarus?..

Alexandre Loukachenko:
C’est la plus grande difficultй. Le monde a dы nous accepter, mais ce processus n’est pas encore terminй. C’est une chose objective. C’est pourquoi il y a ceux qui nous critiquent, puisque je rйpиte que nous avons “touchй” quelqu’un de l’йpaule...

Mais ce processus prendra fin. Nous ne le dramatisons pas et ne crions pas qu’on nous “battent”, qu’on nous “grondent”... C’est un processus naturel, objectif. Il passera. Il passe dйjа. Le Bйlarus occupe une place digne dans le monde sans se dйpкcher, mais d’une maniиre solide. Parce que nous menons une politique honnкte, ouverte, fiиre et digne de notre peuple.

Le monde a changй, et aujourd’hui nous sommes un йtat europйen. Pas le plus grand mais assez grand. Oui, nous ne prйtendons pas rйsoudre les problиmes globaux mais nous connaissons notre rфle dans les processus qui se passent. Et nous ferons tout le nйcessaire pour la dйfense des intйrкts des Biйlorusses et de notre Etat. Nous ne voulons vexer personne. Nous allons continuer de mener une politique honnкte et indйpendante.

“J.R.”: Encore une question. L’йconomie de la Russie et l’йconomie du Bйlarus. Aprиs la dйsagrйgation de l’Union Soviйtique l’йconomie de la Russie est allйe dans un sens, l’йconomie du Bйlarus — dans l’autre sens. Il y a une opinion, et une partie de la population le croit aussi, que l’йconomie de la Russie est plus “de marchй”, avec ses avantages et ses inconvйniens, tandis que le Bйlarus a une йconomie plus administrative oщ un grand rфle appartient а l’Etat et au Prйsident. Dans quelle mesure la diffйrence des йconomies ou des voies йconomiques du dйveloppement de deux Etats freine la crйation d’un Etat commun? Certains croient que c’est impossible, c’est-а-dire si deux йconomies ne peuvent pas s’unir, il ne peut pas y avoir question de construction d’un Etat fйdйrй.

Alexandre Loukachenko:
Vous savez, je ne comprends pas comment deux йconomies doivent “s’unir”? Il y a des entreprises constituant la base de la puissance йconomique de n’importe quel Etat. Avez-vous des entreprises privйes? Il y en a plein. Au Bйlarus il y en a aussi. Avez-vous des sociйtйs anonymes avec capital de l’Etat et des sociйtйs purement privйes? Bien sыr. Nous en avons aussi. Avez-vous des entreprises de propriйtй de l’Etat: communales, fйdйrales? Oui. Et nous avons des entreprises de propriйtй communale et rйpublicainne. Vous ne savez pas tout simplement qu’aujourd’hui au Bйlarus les sociйtйs anonymes produisent, si je ne me trompe pas, la moitiй de toute la production. Mais il ne s’agit mкme pas de cela. Autrefois Den Siaopin a dit: “Ce n’est pas important de quelle couleur est le chat, pourvu qu’il attrape des souris”. La Chine l’a dйmontrй. Mais moi aussi, j’ai une question: de quoi кtes-vous fiers? Du fait que ce qui doit кtre contrфlй par l’Etat a йtй rendu aux mains de quelques personnes? De ce que les morceaux les plus friands de l’йconomie ont йtй rendus а 5 pour-cent de la population de Russie qui se rйgalent aujourd’hui tandis que 95 pour-cent sont pauvres? Peut кtre, dans certaines questions йconomiques et dans d’autres questions il vous faudra prendre l’exemple du Bйlarus? Nous partagerons avec plaisir notre expйrience. Nous avons doublй en 10 ans le produit intйrieur brut. Vers 2010 nous le triplerons par rapport au niveau de1995. Voici notre “йconomie”!

“J.R.”: le Parlement biйlorusse a pris la dйcision d’organiser les йlections du Prйsident du Bйlarus le 19 mars 2006. Pourquoi les йlections auront lieu 4 mois plus tфt que le dйlai prйvu et sur quoi allez-vous vous concentrer au cours de la campagne йlectorale? Y aura-t-il en gйnйral une campagne йlectorale? Personne ne doute que vous gagniez les йlections.

Alexandre Loukachenko:
Vous dites que la date des йlections a йtй fixйe “trиs tфt”. Je n’y ai mкme pas pensй jusqu’а ce qu’on me le dise dans la presse. Je n’y pensais pas tout simplement: “plus tфt, plus tard”. Notre Parlement a fixй la date des йlections conformйment а la Constitution qui prescrit de faire cela cinq mois au plus tфt avant l’expiration du dйlai des responsabilitйs du Prйsident fonctionnant. C’est-а-dire que la date est fixйe d’une faзon lйgale. Je dirai sincиrement: je voulais organiser les йlections en йtй. Le 9 juillet est un jour fйriй. Du point de vue des technologies prййlectorales tout serait bien. Nous aurions dйjа semй le blй et ce serait une campagne modиle. Nous l’aurions organisй au niveau le plus йlevй.
Cette question йtait discutйe au Parlement, les dйputйs d’opposition se sont aussi prononcйs. Serguey Gaпdoukevitch, mon opposant, s’est prononcй le premier et m’a йcrit une lettre: “Pourquoi, a-t-il йcrit, nous organisons les йlections en juillet et non pas en mars? Au printemps les gens auront du temps libre...” Bref, les dйputйs ont pris une telle dйcision.

“J.R.”: Il existe des points de vue contradictoires sur le Prйsident du Bйlarus et vous les connaissez trиs bien. Les uns йprouvent de la sympathie envers vous, on vous appelle une forte personne...

Alexandre Loukachenko:
... le dernier dictateur en Europe.

“J.R.”: Oui, les autres vous appellent “le dernier dictateur”, vous le savez trиs bien. Un pouvoir fort et effectif et une dйmocratie, peuvent-ils кtre compatible dans un pays?

Alexandre Loukachenko:
Premiиrement, а propos de la dictature. Avez-vous jamais eu l’idйe de ce que c’est une dictature, c’est avant tout un processus oщ une personne assume presque toutes les fonctions administratives principales et dirige l’Etat d’une maniиre dйcisive. En effet, si une personne a assumй ces fonctions, elle en porte la responsabilitй. Avez-vous vu beaucoup de dirigeants qui ont assumй comme зa, sans rйserve, la responsabilitй? Non. Certains d’eux trichent: tout ce qui est mauvais c’est le parlement qui l’adopte ou le gouvernement qui l’exйcute mal, par contre tout ce qui est bon c’est moi, le prйsident. Chez nous il n’y a jamais de choses pareilles. Oui, chez nous le Prйsident, conformйment а la Constitution coordonne et dirige l’activitй de toutes les branches du pouvoir — exйcutif, judiciaire, lйgislatif. Mais cela ne veut pas dire que je travaille au lieu du Parlement et que j‘adopte les lois tout seul. Nous avons les mкmes procйdures d’adoptation des lois qu’en Fйdйration de Russie et dans d’autres Etats. Le prйsident a le droit de proposer un projet de loi, d’exprimer une objection, d’infliger un veto ou de la signer. D’aprиs la Constitution il doit кtre le Chef de l’Etat et non pas le chef du pouvoir exйcutif. Je coordonne l’activitй de toutes les branches du pouvoir. C’est зa? Le peuple au cours du rйfйrendum a soutenu cette Constitution. Vous pouvez dire, eh bien, le peuple, il “n’a pas compris”, Loukachenko a proposй et il a acceptй. D’accord. Mais j’ai avant tout assumй la responsabilitй. C’est pourquoi ne croyez pas que si quelqu’un me traite du “dictateur”, c’est une vйritй absolue. Le prйsident du Bйlarus est une personne qui possиde un pouvoir immense et en porte la responsabilitй, la responsabilitй pйnale y compris. Je ne suis pas un Prйsident йternel. Et bien, aujourd’hui on ne me poursuit pas en justice, mais si “j’ai dйpassй toute mesure” — on va le faire plus tard. Tout chef d’Etat le sait. Je n’ai absolument pas peur de cela parce que je mиne dans les intйrкts du peuple une politique normale et il n’y a pas de raisons de me poursuivre en justice.
Заметили ошибку? Пожалуйста, выделите её и нажмите Ctrl+Enter
Версия для печати
Заполните форму или Авторизуйтесь
 
*
 
 
 
*
 
Написать сообщение …Загрузить файлы?