Un directeur dans une facette d’acteur

<img class="imgl" alt="" src="http://www.belarus-magazine.by/images/11065101.jpg" />Nikolaп Kiritchenko, artiste du Peuple au Bйlarus, croit dans les personnes qui ont un dйbut sain
Avez-vous vu le directeur d’une grande institution courir en sautillant pour annoncer une nouvelle а ses employйs? J’ai eu cette occasion, quand je suis venue au Thйвtre de Yanka Koupala pour l’interview. Ce spectacle, je l’avoue, a йtй une chose non triviale, car ce n’est pas souvent qu’on peut voir un maоtre reconnu de la scиne de 60 ans, qui a йtй en plus rйcemment honorй du titre d’artiste du Peuple au Bйlarus, venir au buffet des acteurs, oщ les acteurs font des cafйs-brakes entre les rйpйtitions, et chanter “tcha-tcha-tcha et pa-pa-pa…”, gesticuler en plus pour exprimer ses йmotions hors du contexte d’un rфle quelconque.
Tout cela est parce que Nikolaп Kiritchenko, qui est aussi le directeur gйnйral du Thйвtre national acadйmique de Yanka Koupala depuis un an et demi est arrivй а organiser des tournйes а Kiev. Il y a quelques jours personne ne savait comment rйsoudre le problиme du transport des contenaires avec les dйcorations et autres problиmes administratifs accompagnant les grandes tournйes, car а l’heure actuelle ce n’est pas tous les thйвtres qui peuvent se le permettre. Cette joie directoriale a йtй la principale nouvelle d’une dure journйe. Tout a йtй rйsolu avec succиs. “Voila, j’ai encore du temps pour aller а Lublin et aprиs nous pourront parler tranquillement, — m’a-t-il dit en souriant”.
Comme il l’a promis, la veille du voyage en Urkaine, oщ le thйвtre doit prйsenter au public ukrainien ses 8 meilleurs spectacles, Nikolaп Kiritchenko a rendu visite а la rйdaction de la revue “Беларусь.Belarus”.
— Si je ne me trompe pas, votre voyage а Lublin a йtй liй au festival “Des confrontations thйвtrales”. Comment s’est-il passй?
— Parfaitement bien, d’ailleurs, comme pour toutes les annйes prйcйdentes. Nous avons dйjа visitй deux fois la Pologne, oщ ce festival a lieu chaque annйe. Nous sommes flattйs, que pour cette fois aussi on nous ait rйinvitй. Nous avons prйsentй notre spectacle “SV”, oщ je joue le vieux serviteur Firse. C’est un spectacle plastique original d’aprиs la piиce d’Anton Pavlovitch Tchekhov “Jardin de cerise”.
— Qu’est-ce que tu attends des spectateurs en Ukraine et des tournйes?
— Certes, de la reconnaissance. En effet, c’est tellement naturel pour la profession d’acteur. Depuis longtemps nous ne faisons plus de grands tournйes. C’est pourquoi, йtant le directeur, je me rйjouis pour les acteurs. En effet, les tournйes pour nous c’est comme une regйnйration du sang. L’йnergie d’une autre ville, de nouveaux gens et des rencontres avec de vieux amis … Pour moi, acteur, plonger dans tout cela est trиs agrйable. Depuis longtemps nous sommes des amis avec le Thйвtre dramatique national acadйmique du nom d’’Ivan Frank. En 2004 dans le cadre des jours de l’Urkaine au Bйlarus les acteurs de ce thйвtre ont jouй sur la scиne de notre thйвtre, donc, nos tournйes actuelles sont une sorte de riposte. Je compte sur le succиs et je pense, qu’on ne nous a pas oubliй а Kiev.
— Tu es un artiste connu dans notre pays, un vrai professionnel, le porteur d’un titre rare d’acteur, qui est aussi trиs occupй dans le rйpertoire du thйвtre …. Tu as hйritй le fauteuil de directeur aprиs Gennady Davydko qui lui aussi cumulait avec succиs le thйвtre et le travail de fonctionnaire. Je comprends, que c’est la tradition du thйвtre de Koupala кtre acteur et directeur dans une seule personne. As-tu rйussi dans toutes ces diffйrentes hypostases?
— Je ne me suis pas encore habituй а mon nouvel uniforme. En effet, je ne rкvais pas de ce fauteuil. Mais а un moment j’ai cru que cela йtait vraiment nйcessaire au thйвtre. Dire, que mon poste actuel n’est pas agrйable pour moi, c’est de pйcher contre la vйritй. Les acteurs sont des gens ambitieux et souvent vaniteux. Le dйsir de la reconnaissance et des rйcompenses sont а la base de notre profession. Quel soldat ne rкve pas d’кtre gйnйral? Aprиs avoir pris le poste de directeur, je m’йtais rйsignй car le titre national me paraissait inaccessible, les exigences pour l’avoir йtaient devenues trиs-trиs strictes. Depuis sept ans (!) personne dans le pays n’a йtй honorй de ce titre national. Je n’ai mкme pas compris tout de suite, pourquoi et comment cela a eu lieu. Quand on m’a tйlйphonй et m’a annoncй, que sur le site du Prйsident il y avait une information sur cette attribution, je n’y ai pas crы. Dans mon bureau а ce moment-lа se trouvait ma femme. Je suis une personne sentimentale et je peux avoir des larme. Je n’oublierai jamais, ce que je lui ai dit avec une voix tremblante: “Snejeanna, apparamment, je suis artiste du Peuple…” Certes, cela me flatte d’кtre l’artiste du Peuple et le directeur gйnйral du principal thйвtre du pays.
— Tout cela ne te tourne pas la tкte? Qui est-ce que tu as dйjа fait pendant ce directorat?
— J’ai achevй beaucoup de choses qui ont йtй commencй par Gennady Davydko. J’ai pu remplacer tout l’йquipement d’йclairage, ce qui a demandй beaucoup d’efforts et de moyens. Maintenant dans le thйвtre sont installйs de nouveaux appareils d’йclairage, dont le coыt est de l’ordre du prix d’une bonne automobile. Je rкve d’йquiper de technique moderne le pupitre du rйgisseur. Nous avons aussi changй les fenкtres, maintenant les acteurs ont plus de confort et ils sont au chaud. Avant les filles prenaient souvant froid. J’ai organisй les tournйes а Kiev. Cela coыte trиs cher. Ma tкte ne tourne que de joie, quand je rйussis а faire quelque chose utile pour le thйвtre.
— Etant le directeur, permets-tu que l’on te tutoie ou maintenant tous te disent “vous” et t’appellent Nikolaп Mikhaпlovitch?
— Mais non, avec beaucoup on se tutoie toujours. Je suis heureux, que l’on m’appelle comme avant Kirill (mon surnom dйrivй de mon nom). C’est une bonne tradition thйвtrale. Mais c’est surtout quand j’entends: “Bravo, Kirill, que je suis heureux!” et que je peux me dire: “Kirill, tu es une personne heureuse”…
— T’es-tu rйsignй а la pensйe, que, probablement, tu joueras de moins en moins et que, peut кtre, tu ne joueras plus ton rфle stellaire?
— Non! (crie). Je ne veux mкme pas y penser, que je laisserai la scиne. Avant tout je suis acteur. La scиne m’aide aussi dans mon travail de directeur. Car, en effet, je connais le thйвtre de l’intйrieur comme un acteur, je connais les besoin des acteurs et les autres services du thйвtre. Mais quant а mon rфle stellaire, comme tu as dis, je n’en rкve pas. Si l’acteur dit, qu’il a jouй son rфle stellaire, il doit quitter la scиne. Mais il y a des rфles d’йtape et а ce sens le rфle de Yagaпlo а “Prince Vitovt” m’est trиs cher.
— Y a-t-il un metteur en scиne, avec qui tu voudrais travailler?
— Il y en a beaucoup . Je veux travailler avec plusieurs personnes, qui me sont intйressantes d’aprиs leurs styles d’йcriture.
— Est-ce facile pour toi de te soumettre а un metteur en scиne?
— Je suis une personne complexe, parfois je discute, surtout si je ne comprends pas, que veut de moi le metteur en scиne, mais aprиs j’ai des remorts, si je me suis permis d’avoir le rejaillissement йmotionnel.
— T’es-tu associй avec quelques uns de tes personnages jouйs, dans tes relations avec les gens?
— Oui, il m’est arrivй de m’observer а commencer de parler avec les intonations de tel ou tel personnage. Parfois j’y recours mкme spйcialement pour obtenir ce que je veux obtenir.
— Est-ce que cela t’aide dans ton travail de directeur?
— Certainement, que oui!
— Les bons acteurs sont de bons psychologues. Et toi, sais-tu reconnaоtre le vrai caractиre des gens?
— Je ne veux pas me flatter, je suis un bon psychologue. Le bкchage dans la psychologie des rфles, que tu a jouй, est une sorte d’entrainement psychologique, qui en quelques secondes te permet de comprendre, comment est la personne qui est devant toi.
— Qui sont les acteurs modernes que tu admires et que tu respectes?
— J’ai peu de possibilitйs de communiquer directement avec mes collиgues au niveau mondial, pour parler de quelqu’un concrиtement. Certes, il y a quelques grands acteurs europйens qui me semblent intйressants du point de vue professionnel. Mais si l’on parle d’admiration, de respect et d’amitiй, cela est pour mes collиgues, car j’aime beaucoup ma troupe.
— Le thйвtre d’aujourd’hui et d’hier… Quelle est la diffйrence principale entre eux а ton avis?
— Le thйвtre d’aujourd’hui et d’hier est restй le mкme. C’est un organisme spйcial. De nouvelles formes viennent et partent. Comme les gens. Mais la nature du thйвtre ne change pas. Un thйвtre reste toujours un thйвtre. Le contact avec les spectateurs, dont l’aspiration а la catharsis est йternelle, reste toujours le problиme le plus important.
— Un talentueux critique thйвtral de Moscou dans un de ses articles a dit, que nous vivons la fin d’une belle йpoque thйвtrale. Es-tu d’accord avec cette affirmation?
— J’ai lu le livre de Maryna Davydova. Mais ne suis pas du tout d’accord avec son opinion. Pourquoi dois-je, alors, me tourmenter si c’est la fin? A quoi sert de construire une maison, oщ tu ne pourras pas vivre? Le thйвtre est toujours rйclamй comme avant, dans les annйes 60 et 70. Oui, dans les annйes 90, quand s’est dйsagrйgйe l’union soviйtique, il y avait de la place pour une alarme et une incertitude provenant des salles а demi-vides. Mais maintenant les spectateurs sont revenus. Oui, ils ne sont plus comme avant. Et cela doit кtre comme зa. Les jeunes gens d’aujourd’hui sont capables de compatir et de pleurer. Lors du spectacle “Soir” d’Alexeп Doudarev j’ai йtй йnormйment frappй par le silence dans la salle, oщ il y avait 80 % de jeunes.. Il me semblait, que j’entendais le sifflement de ces jeunes spectateurs (j’ai jouй Vassil, un des vieillards)… Comment cela les touche-t-il cette piиce sur trois vieillards et leur solitude? Aprиs le spectacle j’ai vu des larmes sur les visages des jeunes filles… Elles ont sorti de leurs sacs des playeurs et “Orbit” et ont branchй leurs tйlйphones portables. Oui, la jeunesse “est emballйe” conformйment а l’йpoque et c’est normal. Mais elle se rйjouit et pleure, comme avant. Et je suis content, que la culture de masse n’a pas supprimй cette capacitй de compassion. Je crois aux personnes humaines.
— А qui es-tu le plus reconnaissant dans ta vie?
— “Le plus”, il n’existe pas! Je suis reconnaissant а tous ceux, qui ont йtй et qui sont prйsents dans ma vie. Je suis reconnaissant au destin, qui est tel qu’il est. Pour les neurons qui me tourmentent dans mon cerveau et qui rйpondent а des sentiments йlevйs. Je suis reconnaissant а mon destin pour ce coeur pas mйchant qui bat dans ma poitrine. Pour ce que je suis devenu sur cette terre pour aimer, souffrir et кtre sur la scиne. J’ai des rapporte trиs chauds avec tous ceux qui aident le thйвtre.

[i]Valentina Jdanovitch[/i]
Заметили ошибку? Пожалуйста, выделите её и нажмите Ctrl+Enter
Версия для печати
Заполните форму или Авторизуйтесь
 
*
 
 
 
*
 
Написать сообщение …Загрузить файлы?