Richter et Brest

L’histoire d’une amitiй
“Chиre, Lilia! Bonjour de l’Europe. Mes meilleures voeux pour toi et ta famille. Je ne joue pas pour l’instant, car j’ai eu encore une opйration. Dans mon corps on a a installй des piles pour rйtablir un rythme cardiaque normal. En novembre, je compte кtre а Moscou. Votre Sviatoslav Rihter”. En bas la date — le 5 septembre 1994. C’est la derniиre carte postale du grand musicien envoyйe au professeur du collиge musical de Brest Lilia Batyreva. Trois ans aprиs Richter est mort…

…A l’automne d’or de 1968 le maestro est arrivй pour la premiиre fois а Brest pour se produire en concert. Le responsable du service de la sociйtй philarmonique rйgionale Konstantin Dokoukine a tйlйphonй au jeune professeur de l’йcole musicale Lilia Batyreva et lui a demandй d’aller а la rencontre de ce visiteur notable, parce que il avait peur d’aller а la gare lui-mкme.

— J’йtais intimidй, — se rappelle Lilia Batyreva. — Je suis allйe chercher Richter avec son йpouse Nina Lvovna Dorliak, qui est arrivйe un peu plus tфt pour rйgler les questions d’organisation. Richter est descendu du wagon, a embrassй Nina Lvovna, aprиs cela elle a agitй la main pour me donner le signal signifiant, que je peux m’approcher, car le maestro йtait dans une bonne humeur…

Lilia Batyreva ne pensait pas, que les йpoux admettraient qu’un simple professeur sans titres et sans gloire se mиle а leur vie. Elle ne pensait pas non plus qu’un jour elle rencontrerait Richter et Dorliak а la gare et qu’en suite elle attendrait avec impatience de leurs nouvelles et qu’elle prйparerait des champignons blanc, que Sviatoslav Richter aimait beaucoup, d’aprиs une recette donnйe par les amis de Tumen, ni qu’elle pourrait кtre invitйe dans leur appartement а Moscou…

La premiиre rencontre s’est bien passйe. Richter a offert а ses admirateurs quelques heures inoubliables. Six mois plus tard Lilia Batyreva a reзu une enveloppe avec une carte postale. Les йpoux йtaient en croisiиre et se rappelaient souvant de Brest et Nina Lvovna a voulu йcrire quelques lignes pour leur nouvelle amie а fin de la remercier de son chaud accueil.

— Je me suis beaucoup rйjouie, car je ne pouvait supposer, que nos relations sortiraient du cadre d’une relation d’affaires, — se rappelle Lilia Batyreva. — Je ne leur demandais pas de m’йcrire et je ne leur ai jamais imposй mon amitiй.

Lilia Batyreva a beaucoup йtй vexйe par une journaliste qui a йcrit dans son article que Batyreva йtait trиs intime avec Richter.

— Je n’йtais jamais avec lui dans l’intimitй! — s’est indignйe sincиrement Lilia Batyreva. — Je me prйparais pour chaque rencontre avec Richter. Il me racontait ce qu’il lisait et je prenais les mкmes livres pour pouvoir tenir une conversation lors de nos rencontres. Il parlait de l’йtoile montant d’Hollywood Schwarzenegger, mais je ne le connaissais pas, alors mes connaissances m’ont tout appris sur cet acteur. Richter me parlait des nouveautйs dans la culture musicale occidentale et je tвchais d’apprendre en dйtail les modes musicales chez nos amis de la RDA.

Richter aimait Brest. Il marchait souvent dans les vieilles ruelles du centre urbain et a visitй plus d’une fois la forteresse de Brest.

On sait exactement, que Sviatoslav Rihter est venu 18 fois а Brest. Le plus souvent c’йtaient des arrкts de quelques jours sur le chemin de Moscou en France, en Italie ou en Allemagne… Nina Dorliak envoyait un tйlйgramme а Batyreva lui demandant de rйserver une chambre а l’hфtel “Intertouriste” et de venir а leur rencontre. Le maestro donnait pratiquement toujours des concerts а Brest. Il aimait ce public local, qui savait apprйcier son talent avec chaleur, tout en йcoutant la gйniale exйcution du pianiste des oeuvres de Beethoven, Chopin, Bach et Haydn… et il apprйciait beaucoup les applaudissements, les fleurs et les “Bravo!” enthousiasmйs de ce public. Batyreva lors de ces concerts se prйcipitait dans la salle а fin de recueillir les cartes et disques vinils du concert qu’elle portait au maestro qui s’assoyait et les signait. A l’heure actuelle dans plusieurs familles de Brest on retrouve ses autographes.

— En 1983 а Brest est arrivй Eugeny Evtouchenko (poиte) et nous avons parlй de Richter, il m’a demandй, si j’avais йcrit un journal oщ je mentionnais mes conversations avec Sviatoslav Richter, — raconte Lilia Batyreva, en sortant un classeur avec des cartes postales, des billets et des programmes des concerts de Richter. — Aprиs cette conversation avec le poиte j’ai commencй а noter mes impressions sur les concerts et йcrire ce que disait Richter.

En 30 ans d’amitiй Lilia Batyreva a receuilli une bonne centaine de cartes postales, disques vinils avec les autographes, programmes des concerts, billets et photos. Elle a mis tout cela sur la table, c’est une grande richesse!
Avec ceci on pourrait publier un livre de souvenirs, mais Batyreva n’y a pas encore pensй: “Vous n’кtes pas la premiиre а me dire cela. Mais je n’ai vraiment pas le temps, car je consacre presque toute l’annйe а la prйparation des Soirйes musicales qui ont toujours lieu en janvier (cette annйe le festival de la musique classique a йtй organisй pour la 18-иme fois. — V. К.). Je rкve, qu’un jour la sociйtй musicale ait un local avec un musйe. A mon avis, on doit donner le nom de Sviatoslav Richter а une des rues de Brest, car il aimait beaucoup notre ville. Et а l’entrйe du collиge musical, oщ il s’est produit plusieurs fois, il faudrait mettre une plaque de commйmoration”…

…“Que puis-je vous dire ou йcrire, mes chers admirateurs? Je vous souhaite de la joie dans l’apprйciation de la musique. Une bonne santй et du bonheur. Votre Sviatoslav Richter” — cet йcrit provient d’un musicien avec un phйnomйnal talent, laissй dans le Livre d’or de la sociйtй musicale de Brest, dirigйe par Lilia Batyreva depuis plusieurs annйes. Sviatoslav Richter est un immense et majestueux phйnomиne, il nous a quittй il n’y pas longtemps, mais il est dйjа devenu une lйgende.

Valentina Kozlovitch
Версия для печати
Заполните форму или Авторизуйтесь
 
*
 
 
 
*
 
Написать сообщение …Загрузить файлы?