Partir, pour revenir

Dans l’ensemble sportif Raubitchy a au lieu les adieux au sport des cйlиbres biathlиtes Vladimir Dratchev, Vadim Sachurin, Elйna Zubrilova et Oleg Rygenkov
Le dйpart de ces hйros a йtй accompagnй d’applaudissements, de cadeaux et de bons souhaits... Dans cette atmosphиre de fкte, il йtait trиs difficile de s’imaginer, que dans la nouvelle saison sportive nous ne verrons plus dans l’йquipe Vladimir Dratchev, ni Oleg Rygenkov, ni Vadim Sachurin et Elйna Zubrilova. Ce sont eux, qui ont йcrit les plus intйressantes pages de l’histoire du biathlon biйlorusse. “Merci а vous tous!” — a dit Elйna avec une voix pleine de sentiments. “Nous reviendrons et nous ferons tout notre possible, pour que nos йlиves soient meilleurs, que nous!” — a annoncй Oleg Rygenkov qui ne perd pas son courage et son optimisme. Ils reviendront et ils reviendront dans un nouveau rфle, celui d’entraоneurs, pour rйpliquer а ceux, qui ne croient pas, que de bons sportifs peuvent кtre de bons professeurs. Ils reviendront parce qu’ils ne se sont pas habituйs а reculer, surtout que la jeunesse, qui leur est confiйe, attend de ces lйgendes du biathlon mondial au minimum un miracle...

Une pour tous

Parmi les nombreuses rйcompenses d’Elйna Zubrilova il y a l’ordre de Sainte Varvara Grande Martyre. En effet, les difficultйs, qu’Elйna a du surmonter dans la voie de ses victoires suffirait а remplir deux vies. Mais elle les a surmontйes et a vainque... Aujourd’hui si le sport la rappelle, elle est prкte immйdiatement а remplacer sa robe lйgиre par une combinaison sportive.
“Il est tout а fait possible, qu’il me faudra courir encore”, dit en souriant Elйna. “Certes, pas sur tous les dйparts, seulement sur les courtes distances, mais, s’il faut, j’aiderai!”
— Est-ce que tu as obtenu dans le sport tout, ce que tu voulais?
— Quoi qu’on dise, j’ai eu une carriиre active et remplie d’йvйnements signifiants. Je ne regrette rien. Presque rien. Certes, je regrette de ne pas avoir gagnй une mйdaille olympique, mais cela n’est pas un prйtexte pour dire, que la vie ne m’a pas rйussi! D’autant plus, que je ne prends pas congй du sport et que je tвcherai de rйaliser mes rкves par l’intermйdiaire de mes йlиves.
— Ne sera-t-il pas difficile pour toi d’entraоner et de t’entraоner en mкme temps?
— Je ne vais pas rester assise les bras croisйs. Je travaille comme tout le monde: je cours, je tire...
— Et la subordination?
— J’aspire а montrer aux jeunes sportives, que je suis une femme toute ordinaire et de leur faire comprendre, qu’elles peuvent faire tout ce que je sais faire. Nйanmoins une certaine distance entre nous est prйsente, car je suis quand mкme entraоneur.
— Vois-tu une digne remplacante?
— Je crois que les jeunes pourront кtre meilleurs, que nous. C’est ce que nous leur apprendrons!

Pas plus mal que Kobzon

Quand en 2001 Vladimir Dratchev a йtй radiй de la sйlection de la Russie а cause de son вge, il s’est trouvй, qu’on l’a fait avant le terme. Dans la composition de l’йquipe biйlorusse Vladimir “a fait du bruit” dans les classements mondiaux et il a littйralement charmй les supporters par sa persйvйrance et sa volontй.
— J’ai essayй d’imaginer ce moment plusieurs fois. En Allemagne lors des adieux au sport de Franc Luc, j’ai pensй: moi aussi un jour... Mais je ne voulais pas y croire. Maintenant il me faudra tout recommencer et essayer de rйussir dans un nouveau rфle...
— Il faut avouer, que ce rфle n’est pas tout а fait nouveau pour vous, car il n’est pas secret, que ces derniиres annйes vous йtiez le professeur des jeunes sportifs de la selection...
— Je tвchais de toujours les aider et de les soutenir, je leur expliquais ce qu’il fallait faire sur un champ de tir et lors de la course... C’est pourquoi je comprends parfaitement toute la lourdeur du fardeau d’entraоneur. Il m’a fallu 30 ans pour devenir un bon sportif, mais pour devenir un bon entraоneur il me faudra encore 15 ans minimum. Je vais essayer, mais pour l’instant je ne sens que la fatigue des dйmйnagements constants, des tournois et de tout autre “romantisme” de la vie sportive. Je rкve de repos, je veux faire une pause, car il faut que je me remette. J’ai une famille quand mкme... Mais ces projets, me semble-t-il, ne resteront que des projets. Nous avons repris le travail tout de suite et nous continuons une nouvelle course.
— On vous a confiй une йquipe de jeunes. N’est-il pas plus facile pour vous de travailler avec des professionnels?
— Certainement oui, car ici il faut une tout autre approche. Les professionnels savent dйjа tout, il ne faut rien leur expliquer. Mais les juniors ne savent rien faire dans le biathlon. Il faut leur “mвcher” tout cela et leur le faire comprendre.
— Qu’attendez-vous de l’йquipe nationale?
— De l’ancienne composition il ne reste que trois biathlиtes, c’est pourquoi dans les deux annйes а venir il ne faut pas attendre de ses sportifs de grand succиs. Mais Novikov et Valiulin peuvent nous йtonner. En ce qui concerne Sacha Symon, s’il arrive а rйsoudre ses problиmes, il deviendra un bon biathlиte.
— Si au cours des entraоnements vous compreniez un jour, que vous n’avez pas encore tout fait dans le biathlon?
— Qui vivra verra. Mais si je comprends un jour que je peux gagner encore, je reviendrai. Regardez Iossif Kobzon, combien de fois il est parti de la scиne, mais il chante toujours! Est-ce que je suis pire que lui?

Dmitry Komarov
Версия для печати
Заполните форму или Авторизуйтесь
 
*
 
 
 
*
 
Написать сообщение …Загрузить файлы?

Новости
Все новости