Le jour, quand revient le soleil

Noлl, Koliady, Nouvel An sont les plus importantes fкtes pour les Biйlorusses
On a tord de penser que la tradition de cйlйbrer Noлl est venue au Bйlarus tout а fait rйcemment et qu’elle “a йtй empruntйe” en Europe Occidentale ou en Amйrique en mкme temps que les MakDonald’s et Santa Klaus. C’est vrai que la mode est une madame trиs influente. En effet, mкme les chinois sont tombйs dans le piиge de l’influence europйenne. Aujourd’hui voir le Saint Nikola avec une barbe blanche est une affaire tout а fait ordinaire pour la Chine.

Quand aux Biйlorusses, ils fкtaient toujours le Noлl. Donc, ce n’est pas une tradition empruntйe chez quelqu’un. La preuve, les chansons parlant du Saint Mikalaп, qui est devenu plus tard le Pиre-Noлl laпque. On l’appellait aussi Zuzia, d’aprиs le nom du dieu de la nouvelle annйe qui signifiait aussi “le froid”. A la suite des collisions historiques pendant plusieurs dйcennies le Noлl a йtй un rite “secret”, la fкte qu’on ne cйlйbrait que dans les familles.

Surtout qu’au Bйlarus le Noлl est une fкte doublement agrйable, car dans le pays qui pratique historiquement deux religions orthodoxie et catholicisme cette fкte est cйlйbrйe deux fois: le 25 dйcembre et le 7 janvier. En outre nous levons nos verres pour l’arrivйe de la nouvelle annйe aussi deux fois: le 1 janvier et le 14 janvier selon le calendrier julien, car les orthodoxes lui gardent leur fidйlitй jusqu’а nos jours.

La fкte folclorique s’appelle Koliady. Personne ne sait exactement ce que signifie le mot Koliady et d’oщ il est venu. Mais ce mot contient une trиs ancienne et bonne tradition.

Le Noлl et les Koliady se complиtent l’un l’autre. En coпncidant dans le temps, ils ne rivalisent pas, mais partagent paisiblement la saison de fкte en deux “parties” йgales.

Il y a ceux qui vont а l’йglise catholique ou orthodoxe а la veille de Noлl ou le matin tфt. Кtre prйsent а l’office divin est non l’exйcution d’un devoir, mais un appel du coeur. Moi, je ne connaоt personne qui le fait par “obligation”. Personne ne nous oblige а le faire et quand je vois tous les croyants venus aux йglises et cathйdrals ce jour, mon вme est en fкte, parce qu’il y a beaucoup de personnes qui croient а ce qui est raisonable, bon et йternel, а ce qui est propagй dans les murs des йglises. Celui qui s’attend а voir que des vieux et des touristes curieux aux йglises a tord. J’ai remarquй moi-mкme que la masse principale n’est pas de la gйnйration вgйe mais de la jeunesse oщ que зa soit а Minsk ou dans un village provincial comme Soubotniki de la rйgion de Grodno.

Dans la famille de l’un de mes copains ils cйlиbrent le Noлl depuis quatre ans, depuis la date du mariage des parents fait а l’йglise. Leur mariage officiel a dйjа plus de vingt ans. Mais ils ont pris la dйcision de consolider leurs liens, qui sont idйales sans aucune exagйration, devant l’autel. Cette famille est une cellule sur laquelle se tient la sociйtй biйlorusse. La visite de l’йglise est non seulement une manifestation des sentiments personnels religieux, mais aussi une participation dans la vie de la communautй qui nous entoure.

Ils vivent dans le centre de la capitale. Dans l’ancienne rue Rakovskпa oщ il est impossible de ne pas aller а l’йglise orthodoxe ou catholique, qui sont vraiment nombreuses sur cette rue et chaque йglise a une histoire trиs ancienne. Cet endroit est sacrй pour Minsk.

C’est pourquoi, aprиs кtre allй le 25 dйcembre а la cathйdral catholique de la Vierge de Maria, cette famille ira un peu plus tard, c’est-а-dire le 7 janvier de la nouvelle annйe, dans la cathйdral orthodoxe Petropavlovsky.
Le soir du Noлl tous les membres de la grande famille se rйunissent pour gouter le koutia (plat de riz aux raisins secs) et d’autres plats rituels, mais d’abord ils disent la priиre et se rappellent leurs ancкtres.

Tout est trиs simple.

Les enfants vont jouer aux boules de neige et se promener, les adultes mettent en route la tйlй qui est un йlйment de la nouvelle йpoque et de leur vie quotidienne. L’ambiance de la fкte reignera encore longtemps dans cette maison grвce aux souvenirs sur le temps agrйablement passй avec les personnes proches qu’ils n’ont pas vu depuis longtemps. Ils garderons longtemps le goыt des plats de fкte qui ont йtй incroyablement dйlicieux car toute la famille a participй dans leur prйparation. Quelqu’un a amenй du village un gateau avec des graines de pavot ecrasйs dans l’ancien mortier, dont on se servait encore а l’йpoque d’avant-guerre. Il y avait aussi la paliandvitsa (plat de viande) et l’oie. Le grand-pиre n’a pas oubliй d’ammener sa liqueur d’obier prйparй а base de baies ramassйes dans la fфret et non achetйes au magasin.

Ainsi dans un appartement urbain tout а fait ordinaire apparaоtra l’odeur des bois et de la terre, une odeur de la patrie rurale, que nous avons quittйs en se lanзant dans la ville.

D’ailleurs, la fкte se prolonge. Il y a encore beaucoup de prйtextes pour partir hors de la ville pendant les jours fйriйs, partir dans la nature. En effet, Koliady n’est pas une fкte populaire momentanйe, mais une йtape importante de l’annйe, quand nous disons au revoir а la vie passйe et nous saluons la nouvelle vie, en n’espйrant avoir que du bien, en croyant que dans cette nouvelle vie il y aura de la place pour un йvйnement particulier, qui la tournera vers le soleil et qui emmenera le printemps. Il faut dire que c’est vraiment raisonnable d’y croire car le printemps n’est pas loin. En effet, aprиs le Noлl et les Koliady les jours deviennent plus longue et dans nos vies rentre plus de lumiиre et de joie.

Pour intensifier ces sentiments, on peut s’adresser aux anciennes usages et coutumes. C’est avec leur aide que nos ancкtres remerciaient la terre et le ciel pour le bonheur et appelaient de nouveaux biens.

Le premier plat du Noлl est le koutia, un grand plat de riz aux raisins secs. А l’йpoque nos ancкtres ne mangeaient que des plats sans matiиres grasses comme le hareng, vйrйchtchaka (plat de hareng et d’oignon), les crкpes, les plats avec des champignons, les compotes et le kissel (gelйe de fruits additionnйe de fйcule). Ils mangeaient ce qui йtait bon et utile, mкme si au premier regard ces plats nous semblent “modestes”. En effet, il est impossible d’avoir toujours fin aprиs avoir mangй tous ces plats de rйgalade. Le plat de riz aux raisins secs avec du miel et le gateau avec des grains de pavot sont les desserts qui achиvaient le repas de fкte.
Autrefois le Nouvel An n’йtait que la suite des Koliady ou comme on l’appelait “la deuxiиme koutia”. Ce jour on pouvait voir sur la table beaucoup de viande sйchй, fumй, cuit ou rфti. Pour cette abondance de nourriture le soir du Nouvel An on appelait gйnйreux, gros et riche. Dans le plat de riz aux raisins secs on rajoutait l’huile et le miel. Nos ancкtres aimaient beaucoup les jeux, les tables de gala, les chansons et les danses en rond, mais se passionnaient aussi pour les prйdictions diverses.

La troisiиme koutia a йtй cйlйbrйe avant le Noлl orthodoxe et s’appelait “maigre”. Ce jour nos ancкtres invitaient le froid а dоner avec eux. Tout se mettaient а table et chacun essayait de contenter le froid pour que l’hiver ne soit pas froid, pour que le printemps soit chaud et la rйcolte riche. Si le lendemain le temps devenait plus chaud, cela signifiait que le froid a йtй bien pendant sa visite.

La cйlйbration des Koliady s’achevait vers le vingt janvier.

Dans les villes disparaоssaient peu а peu les guirlandes vives et les vitrines ornйes par les jouets et les lampes, les sapins artificiels verts et argentйs, il n’y avait plus d’annonce sur les ventes “de Noлl” dans les boutiques et supermarchйs, dans les йglises on ne voiyait plus le bйbй Jйsus au berceau…

La fкte part, mais le souvenir d’elle reste toujours jusqu’au Noлl et Nouvel An prochains. La bonne humeur acquise au milieu de l’hiver nous rechauffe jusqu’au premier dйgel.

Аlenа Nekrochevitch
Заметили ошибку? Пожалуйста, выделите её и нажмите Ctrl+Enter
Версия для печати
Заполните форму или Авторизуйтесь
 
*
 
 
 
*
 
Написать сообщение …Загрузить файлы?