Une йquipe polaire

Le Bйlarus envisage d’installer en Antarctique une station scientifique
La premiиre expйdition biйlorusse d’йtudes a visitй l’Antarctique. Deux mois de travail ont permis aux explorateurs biйlorusses de recueillir des matйriaux uniques qui deviendraient une base de dйpart pour la construction de la premiиre station polaire biйlorusse sur le continent recouvert de glace.

Le but principal des chercheurs йtait d’exйcuter des travaux de reconnaissance afin de choisir un site pour cette station et d’йtudier les conditions climatiques et techniques dans lesquelles fonctionnerait l’йquipement biйlorusse. On avait йtudiй 11 oasis antarctiques, on appelle ainsi des sites oщ des roches йmergentes permettent de construire des stations.

“Le site le plus convenable serait celui oщ on peut amйnager une piste aux gros-porteur, a dit а notre correspondant Vladimir Tychkйvitch, chef d’expйdition. Le Bйlarus n’ayant pas de brise-glace, le transport aйrien est celui le plus avantageux. Un lac glaciaire d’eau douce а proximitй est une condition importante de plus. Il se peut que nous construisions а la place d’une station abandonnйe russe la nфtre ce qui d’abord permettrait d’йconomiser des ressources et d’assurer aux йquipes polaires des conditions d’habitation plus ou moins confortables.”

La construction et le support de vie d’une station coыteraient au Bйlarus des millions de dollars. Ces frais d’entretien sont comparables а ceux de lancement spatial. Mais ils se justifieront absolument, d’aprиs Vladimir Tychkйvitch.

“Premiиrement, en йtudiant l’Antarctique le pays peut avoir des quotas de ressources biologiques, dit le chercheur. Quelles ressources ? En rйalitй, il y en a beaucoup. Par exemple, des activitйs d’йtudes en Antarctique rapportent а l’Ukraine des quotas de pкche en Antarctique, au Japon ceux de chasse а la baleine. En gйnйral, tout pays prйsent sur le continent de glace y a son intйrкt. Deuxiиmement, l’йtude de pollution de l’air en Antarctique est d’une importance stratйgique pour le Bйlarus — un avantage pour un pays qui a signй le protocole de Kyoto. Le fait est qu’on se sert actuellement de donnйes de pollution atmosphйrique provenant d’autres pays qui, naturellement, les interprиtent а leur maniиre. De propres donnйes dans ce domaine donneraient la possibilitй de recherches indйpendantes. Il existe encore une tendance perspective d’exploitation de ressources minйrales en vue de leur mise en valeur ultйrieure. Et l’Antarctique, croyez-moi, en est riche. Je ne parle pas des possibilitйs qu’aurait la science biйlorusse.”

Le dire simplement, si l’on construit une station polaire biйlorusse et effectue des йtudes rйguliиres, on aura dans un certain temps l’occasion de “marquer” un terrain d’Antarctique et de recevoir de bons dividendes. Le Moratoire sur les revendications territoriales dans le cadre du Traitй sur l`Antarctique expire en 2009. Le dйroulement des йvиnements ultйrieurs est inconnu. Beaucoup de pays sont prкts а avaler un bon morceau. Il est important que le Bйlarus puisse affirmer ses droits.

Le Bйlarus possиde des ressources humaines et scientifiques nйcessaires pour la crйation d’une station. Il reste а rйgler le financement du projet — trouvera-t-on des moyens pour sa rйalisation ? C’est pourquoi les rйsultats du travail de la premiиre expйdition polaire biйlorusse vont кtre soumis а l’examen des plus hautes autoritйs biйlorusses. Si la rйponse est affirmative, la premiиre йquipe polaire biйlorusse se rendra en novembre prochain а l’Antarctique.

Dmitri Timanovitch
Версия для печати
Заполните форму или Авторизуйтесь
 
*
 
 
 
*
 
Написать сообщение …Загрузить файлы?

Новости
Все новости