Une vraie “ligue des nations”

A notre йpoque oщ dans le monde entier flambent des incendies des plus cruels et des conflits interethniques et interreligieux, un оlot de calme et de comprйhension mutuelle cultivйe avec soin au Bйlarus semble кtre un vrai miracle
Mкme dans un kalйidoscope йtincelant du Nouvel An cet йvйnement se distinguait par son originalitй. Pour la premiиre fois les reprйsentants de pratiquement toutes les communautйs nationales du pays se sont rйunis pour une soirйe de fкte. Le Comitй pour les affaires des religions et des nationalitйs auprиs du Conseil des ministres a aidй а prйparer cette activitй remarquable.

A notre йpoque oщ dans le monde entier flambent des incendies des plus cruels et des conflits interethniques et interreligieux, un оlot de calme et de comprйhension mutuelle cultivйe avec soin au Bйlarus semble кtre un vrai miracle. Eteri Sytchinova est georgienne. Elle habite depuis plus de10 ans au Bйlarus. Ce n’est pas de son plein grй qu’elle s’est retrouvйe si loin de sa patrie, s’est une rйfugiйe. Quel mot terrible! Mais aujourd’hui Eteri et sa famille sont chez eux. Le Bйlarus est devenu leur maison. Son fils cadet, йlиve d’un lycйe de Minsk, dit: “Je ne veux partir nulle part. Ici j’ai tout: l’йcole, les amis...” Mais l’essentiel est notre vie de paix qui nous offre un bon espoir pour un avenir heureux. dans notre conversation Eteri nous a fait remarquй avec fiertй: “Nos enfants n’oublient pas leur langue maternelle le gйorgiens au Bйlarus et mon fils est un des meilleurs йlиves au lycйe en langue biйlorusse”. Les enfants du groupe de chanson et de danse gйorgiennes du centre d’oeuvre des enfants et de la jeunesse “Eurika” du district Frunzenski de Minsk se sont produits avec succиs а la fкte du Nouvel An. Cependant leur chef, une belle et йlйgante Maпa Tobagari, en regardant ces enfants gais et sыrs d’eux, a prononcй de nouveau ce mot horrible: “les rйfugiйs...” Il est йtrange d’entendre des choses pareilles quand autour y a des sourires et de la musique. Il est encore plus difficile de comprendre le sens terrible des mots de Maпa. La haine est aveugle. Mais la haine nationale est cent fois plus impitoyable. Alors on a surtout besoin de la bontй humaine que notre pays offre si gйnйreusement а ces gens.

Pour la bibliographe expйrimentйe Galina Kaliuzhnaпa qui est unkrainienne, c’est tout а fait une autre histoire. Dieu merci, sans extrкmes. Ce n’йtait pas un malheur mais une circonstance familiale tout а fait paisible. C’йtait la profession et mкme le romantisme qui faisaient quitter leurs maisons aux citoyens de l’Union du temps soviйtique. Mais mкme aprиs de longues annйes les gens n’oublient pas leurs racines. “Il ne faut pas le faire”, c’est ce qu’on leur dit au Bйlarus. C’est pour cela que l’Etat ouvre des jardins d’enfant et des йcoles nationales, il aide aussi а se rйunir en associations nationales pour le maintien de leur culture et leurs traditions natales. Tout en protйgeant les droits de chacun en tant que citoyen de l’Etat biйlorusse oщ tous sont йgaux indйpendamment de la couleur de leur peau et de la forme de l’oeil, de la religion. La fameuse “cinquiиme colonne” a depuis longtemps quittй notre vie. Un vйtйran de la Grande Guerre nationale, un pilote de l’aviation civile avec une grande anciennetй, le Corйen Innokenti Pak peut le confirmer, lui aussi. A l’вge de 92 ans il a une expйrience de vie des plus riches.

Les Azerbaпdjanais, les Lithuaniens, les Moldaves, les Juifs, les Armйniens, les Allemands, les Palestiniens, les Afghans, les Bohйmiens... Toutes ces nationalitйs se sont rйunie effet, un soir d’hiver neigeux dans le cafй du Palais de la culture de l’usine de tracteurs de Minsk ce qui formait une vraie “ligue des nations”, qui йtait la nфtre, celle du Bйlarus. L’atmosphиre de la rйunion йtait facile, йtincelant. Mais tout le monde comprenait que derriиre cette apparence insouciante il y avait un grand travail et une responsabilitй des pouvoirs et de chaque participant de la fкte, ainsi que de chacun de nous. On ne peut pas vivre autrement. La paix et le calme dans la maison est une chose sыre. Mais, malheureusement, une chose trиs fragile pour le moment.

Galina Bratko
Заметили ошибку? Пожалуйста, выделите её и нажмите Ctrl+Enter
Версия для печати
Заполните форму или Авторизуйтесь
 
*
 
 
 
*
 
Написать сообщение …Загрузить файлы?