Toute l’histoire n’est pas encore connue

Tchaoussy est une petite ville avec un peu plus de 12 mille habitants. Elle se trouve sur la riviиre а un nome tendre de Bassia. Moguilev est tout prиs d’elle, а quelques 41 km. A 5 kilomиtres de la ville il y a une station ferroviaire nommйe aussi Tchaoussy. Les autoroutes de Tchaoussy vinennent а Moguilev, Kritchev, Mstislavl, tcherikov. La ville de Tchaoussy, chef-lieu de district, n’a pour le premier regard rien de remarquable
Tchaoussy est une petite ville avec un peu plus de 12 mille habitants. Elle se trouve sur la riviиre а un nome tendre de Bassia. Moguilev est tout prиs d’elle, а quelques 41 km. A 5 kilomиtres de la ville il y a une station ferroviaire nommйe aussi Tchaoussy. Les autoroutes de Tchaoussy vinennent а Moguilev, Kritchev, Mstislavl, tcherikov. La ville de Tchaoussy, chef-lieu de district, n’a pour le premier regard rien de remarquable.

Mais la vie de ces petites villes, si l’on examine attentivement leur histoire, tente de saisir le rythme du passй, a beaucoup d’йlйments charmants. C’est pourquoi, s’il vous arrive de visiter Mstislavl ou Kritchev, mettez une heure ou deux pour une excursion а travers Tchaoussy. J’ai pris connaissance de cette ville dont le nome fut connu au XVI siиcle, grвce а Ivan Makarenko. Ivan Ageevich, professeur de mйdecine, docteur иs sciences, est nй dans le village Kouzminitchi du district de Tchaoussy. Pendant la Deuxiиme guerre mondiale il fut un soldat ordinaire du Front occidental, puis un rйsistant du pays natal, commandant du dйtachement. C’est а l’вge de 27 ans, en 1945 qu’il йtait entrй а l’institut de mйdecine.

… C’est а l’aide de Makarenko que j’ai ouvert Tchaoussy pour moi-mкme.

— Tu penses que si la ville est petite on ne peut pas y faire des dйcouvertes? — me redemandait le professeur de mйdecine chemin faisant au centre du district modeste. — Tu te trompes!.. Moi aussi, lorsqu’en 1944 on m’avait interdit d’aller au front et laissй restaurer l’йconomie municipale, je pensais habiter une ville tout а fait ordinaire, on dirait un grand village. Mais le temps a fait penser autrement …

Notre voiture roule vers la place centrale de la ville. Mon guide m’emmиne de l’intersection des rues Soviйtskaпa et Lйnine. Il dit que on peut toujours prendre connaissance du centre historique, mais d’abord il faut jeter un coup d’oeil а un ancien parc.

La partie sud de la place passe doucement en allйes. Le parc, si l’on l’observe attentivement, est rempli non seulement d’arbres et de buissons bien familiers, mais encore de plantes exotiques dont la patrie est de milliers de kilomиtres de Tchaoussy. Ivan Ageevich m’amиne vers la tombe commune oщ sont enterrйs les soldats soviйtiques tuйs pendant la libйration de la ville en juin 1944. А son cфtй il y a une tombe plus petite. Makarenko raconte qu’y sont enterrйs 6 membres du comitй rйvolutionnaire de Tchaoussy pйris en 1920. “А propos, il ne sera pas inutile de visiter le musйe local, — interrompt la connaissance avec le parc Makarenko. — On l’a ouvert il y a seulement quelques ans, mais les ethnographes rйgionaux, il me semble, ont recueilli beaucoup de piиces … ”. J’avais entendu dire du musйe historique rйgional. Il arriva que sont exposition avait йtй dйcorйe par Gueorguy Loпko, un peintre de Minsk que je connaissais. Il est l’auteur des dioramas remarquables. A l’arrivйe а Tchaoussy j’ai eu la possibilitй d’apprйcier son travail, de voir en rйalitй tout ce qui avait йtй crйй pendant plusieurs annйes, conзu en tant qu’exposition polyvalente de la mйmoire historique de Tchaoussy et des alentours.

— Autrefois, Thaoussy йtait le centre du district, — nous raconte-t-on dans le musйe. — Dans le livre “la Russie Pittoresque” a йtй gardй le tйmoignage suivant de notre ville : “Sur une hauteur considйrable coupйe par des ravins, а la riviиre Bassia ou Bostchi, qui se jette а Pronia, se trouvent Tchaoussy, ville de district. Tchaoussy appartenaient а l’йconomie du staroste de Moguilev. En 1653 Nikolaп Kazimirs Podbipenta a fondй ici un couvent des carmйlites. La ville a trois йglises. Il n’y pas d’йglise catholique.

A Tchaoussy il existe un commerce considйrable …”. Si l’on dйchiffre cette brиve caractйristique il faudrait remarquer qu’а la fin du XIX — au dйbut du XX siиcles la ville organisait 4 foires par annйe. Au moins 50 petits magasins et boutiques commerciales… Encore un fait assez intйressant. Le nombre des gens qui savaient lire et йcrire йtait aux annйes 90 du dix-neuviиme siиcle de plus de 40 pour cents de la population. Il faut admettre qu’а l’йpoque qu’on nous dйcrivait comme trиs sombre c’йtait bien suffisant…

Nous examinons en dйtail l’exposition. Nous nous arrкtons prиs du diorama “la Rupture de la dйfense allemande sur la riviиre Pronia le 23 juin 1944”. Ivan Ageevich se rappelle bien ces йvйnements, son rйcit est un complйment vif du diorama silencieux. Mais je rйflйchis а ce fait que Tchaoussy, comme tant de petites villes biйlorusses, a survйcu plusieurs guerres. Non par hasard que les armes au dйbut du 17-иme siиcle de la capitale actuelle de district йtaient assez йloquents : un cavalier avec le glaive sur le champ bleu. Quand la ville entra а l’Empire russe, on inventa les nouveaux armes toujours belliqueuses : sur le champ rouge sont croisйs le sabre et le glaive unis par la couronne de laurier. En 1654–1667 Tchaoussy fut dans l’йpicentre de la guerre de la Russie avec la Recz Pospolita. Au printemps 1656 la ville devint la rйsidence de Nechaп, colonel de cosaque, commandant du rйgiment de Tchaoussy jusqu’а 1659. En automne 1660 des Polonais revinrent au bord de Bassia. Mais en 1708 Tchaoussy fut dйtruite et noyйe dans le sang par les troupes suйdoises de Charles XII.

Les piиces de musйe racontent la Deuxiиme guerre mondiale. Les hйros de Thcaoussy … Je vois une photo de Lev Manevitch, Hйros de l’Union Soviйtique, rйsident lйgendaire de la reconnaissance soviйtique en Europe.

Il est nй а Tchaoussy en 1898. Il a obtenu, entre autres, le grade du commandant de la brigade de reconnaissance. Mais dans certains pays de l’Europe Etienne (le pseudonyme de l’йclaireur) йtait connu comme un entrepreneur rйussi. En 1936 Manevitch fut arrкtй par les Italiens et remis en 1943 aux fascistes allemands. L’йclaireur passa par les essais des camps de concentration Mauthausen, Melk, Enensee (dans ce dernier Etienne crйa une organisation antifasciste). Le 6 mai 1945 Lev Efimovitch et ses coprisonniers furent libйrйs par les Amйricains. Mais le hйros dйsespйrйment malade eut peu de temps а vivre- le 11 mai il mourut…

Ayant quittй le musйe, nous nous promenons avec Makarenko а travers la ville et arrivons vers la riviиre. Sa rive gauche a des sйpulcres. Autrefois aux fouilles on y a trouvй des ornements, de la vaisselle de poterie datant des siиcles trиs d’йloignйs. Mais la Bassia porte silencieusement ses eaux а notre йpoque et а l’avenir. On dirait elle se moque des touristes curieux: regardez а deux, toute l’histoire n’est pas encore ouverte.

Ales Karlovski.
Les cartes postales de la collection de Vladimir Likhodedov
Версия для печати
Заполните форму или Авторизуйтесь
 
*
 
 
 
*
 
Написать сообщение …Загрузить файлы?

Новости
Все новости