SOLO D’UNE CЙLЙBRITЙ

En quelques jours il a mis une grande confusion dans l’вme des mйlomanes et des musiciens, aprиs avoir dйmontrer son approche non classique de la musique classique. Invitй pour une participation au projet “Classique vivant”, il a proposй avec une politesse toute anglaise de donner un concert solo, “si cela est intйressant а Minsk”. Pour Minsk c’йtait plus qu’intйressant
En quelques jours il a mis une grande confusion dans l’вme des mйlomanes et des musiciens, aprиs avoir dйmontrer son approche non classique de la musique classique. Invitй pour une participation au projet “Classique vivant”, il a proposй avec une politesse toute anglaise de donner un concert solo, “si cela est intйressant а Minsk”. Pour Minsk c’йtait plus qu’intйressant.

Prйlude

Dans le vestiaire de l’acadйmie de musique j’йtais dans l’embarras, n’ayant pas pu laisser mon blouson, car l’employйe du vestiaire m’a dйclarй, qu’il n’y avait plus de places libres mкme а titre d’exception. La perspective d’йcouter les oeuvres des grands maоtres classiques avec un blouson dans les mains ne m’a pas semblй attirante, mais je n’avais pas d’autre solution. En compagnie des autres “misйrables” avec des vкtements de diffйrentes couleurs dans les mains, je suis rentrй tout doucement dans le paradis de la salle de concert... Mais que se passait-il sur la scиne? Les autoritйs en la matiиres йtaient dйcouronnйes! La prйparation technique de nos jeunes pianistes a amenй Piter Donahew au ravissement (c’est vrai, qu’il y a peu d’artistes qui jouent des oeuvres classiques aussi consciencieusement, que les Biйlorusses, peut-кtre les Russes...). Le pianiste anglais а son tour a commencй а “йcraser” les idйaux.
Bach a йtй le premier а souffrir. L’Anglais a racontй avec йmotions, que celui-lа aimait beaucoup le vin, racontait des anecdotes et plaisantait avec les amis... “Donc, Bach йtait un brave homme”, a dit monsieur Donahew pour finir son mini-discours. Alors, sa musique doit sonner autrement, que les opus du plus grand gйnie de tous les temps et de tous les peuples, jouйs par les plus grands. “Eh bien, allez, discutez avec moi!” disait au public Piter Donahew. En l’йcoutant personne n’a tentй de discuter, car dans son “bagage” monsieur Donahew a la victoire du concours le plus prestigieux du nom de Tchaпkovski, une rйputation de cйlйbritй mondiale et des tournйes dans de nombreux pays...

La fugue

Exйcuter une musique d’un point de vue critique sur la biographie de son crйateur est peut-кtre raisonnable. Pendant le rйcital du maestro Donahew je me suis rappelй des faits puisйs je ne sais oщ, comme par exemple, que Prokofiev йtait un joueur d’йchecs acharnй et qu’il a laissй aprиs lui quelques journaux, йcrits qu’avec des consonnes. Un autre musicien, Bartok, par exemple, aujourd’hui pourrait кtre appellй d’un mot а la mode “perfectionniste”... En effet, la maniиre du visiteur anglais d’exйcuter les oeuvres classiques est privйe d’ “йlitisme”, nйanmoins c’est un art, non seulement parce qu’aux concerts il prйfиre sonoriser les oeuvres les plus complexes et largement impopulaires du vaste hйritage de la musique de piano. Et а de tels concerts on ne s’ennuie pas, mкme pour une personne sans prйparation spйciale musicale.
Hйlas, le rйcital de Piter Donahew n’a pas fait salle comble, car pour un large public de Minsk son nom n’est pas particuliиrement connu. Par contre, le concert, donnй par celui-ci dans le cadre du projet “Classique Vivant” trиs populaire chez les minskois, a eu un grand succиs. Le chef principal de l’orchestre d’Etat symphonique Alexandre Anissimov a appellй а Minsk son ancien ami de l’Albion brumeux pour jouer Tchaпkovski. La partie du public вgй, habituй а acheter sans problиmes leurs billets la veille pour assister aux concerts de la sociйtй phlarmonique, cette fois-ci n’ont pu obtenir de places, car les billes pour le quatriиme concert du “Classique vivant” ont йtй vendus en quelques semaines avant l’йvйnement. Il est йvident, qu’а Minsk les concerts de musique classique sont а la mode, ils ont de nouveaux admirateurs, et les cйlйbritйs mondiales sont heureuses de se produire ici, sans demander d’honoraires fabuleux.

Irina Zavadskaya
Версия для печати
Заполните форму или Авторизуйтесь
 
*
 
 
 
*
 
Написать сообщение …Загрузить файлы?