Les ornithologues recommandent de ne pas tirer

Les chasseurs devront, probablement, housser leurs fusils
Les scientifiques recommandent d’interdire la chasse au printemps des oiseaux aquatiques. А leur opinion, les consйquences de la chasse des oiseaux peuvent provoquer l’apparition du virus H5N1. Les ornithologues ont argumentй cette position а la sйance du Conseil interdйpartemental de coordination pour les questions de protection du territoire du pays contre la pйnйtration et la diffusion de “la grippe aviaire”.

— Il est dangereux de vouloir plaisantee avec “la grippe aviaire”. Au Bйlarus pour l’instant tout est tranquille, mais il vaut mieux prйvenir la maladie, que traiter celle-ci, dit le directeur de l’Institut de la zoologie de l’Acadйmie des Sciences Nationale Mikhaпl Nikiforov. “Car mкme pour un tireur adroit il n’est pas toujours possible d’abattre sur le champs, par exemple la bйcasse des bois ou le canard. L’oiseau blessй sera ensuite dйchirй par les corbeaux qui propageront la maladie dans toute la circonscription. Et vous en supporterez l’йtat d’infection. Ou plus grave que cela: le gibier se trouvera sur la table, et donc, menacera la santй de la famille. Pourqui risquer ceci? L’interdiction de la chasse est donc une mesure justifiйe pour protйger les personnes de ce sйrieux danger”.

L’alarme tirйe par les ornithologues est tout а fait justifiйe. Au dйbut de mars les oiseaux migrateurs commencent а revenir de leur hivernage, notamment d’Italie, de Grиce et de Bulgarie, oщ ont йtй trouvйs cygnes et canards infectйs par le virus H5N1. Des centaines de miliers de ces oiseaux traversent le pays. La plupart suivent un vol de transit, il n’y en a qu’un cinquiиme qui reste dans le pays. N’est pas exclu, que les oiseaux malades ne puissent voler jusqu’au Bйlarus. Mais il y a une petite probabilitй, qui existe, que les oiseaux apportent dans leurs becs le virus.

Cette nouvelle d’interdiction possible n’a pas rйjoui les chasseurs. Mais ils ont reзu la position des scientifiques avec comprйhension. “Nous nous rendons compte de toute la gravitй de la situation, le prйsident de la Sociйtй biйlorusse des chasseurs et des pкcheurs Igor Sourakov accepte les arguments des ornithologues. “On aurait beaucoup aimй, que cette interdiction n’ait pas touchй la chasse des coqs de bruyиre et des tйtras. Car les йtrangers viennent notamment dans le pays pour chasser ce gibier et dйpensent de fortes sommes d’argent, qui vont ensuite dans le budget”.
Personne ne veut priver de ce plaisir les chasseurs, car le tйtras, et le coq de bruyиre sont des oiseaux non aquatiques. Et par consйquent, l’interdiction, sur laquelle insistent les scientifiques, ne prend pas en compte ces oiseaux.
Версия для печати
Заполните форму или Авторизуйтесь
 
*
 
 
 
*
 
Написать сообщение …Загрузить файлы?

Новости
Все новости