Le talent comme une destination

Ce janvier Vladimir Mouliavine aurait eu 65 ans. Et sans aucune doute il serait arriver а monter son groupe “Pesniary” а un nouveau niveau crйateur, car grвce а lui а l’йpoque le monde a appris que le Bйlarus chantait. Mais il n’est plus lа…
Ils se sont rencontrйs tous les deux lorsqu’ils йtaient au pic de leur popularitй: le chanteur favori du public Vladimir Mouliavine et la nouvelle йtoile du cinйma Svetlana Penkina. Il y avaient ceux qui disaient, que cette union ne tiendrait pas longtemps. Et les autres, au contraire, avec une grande sympathie suivaient le chemin de ce couple leur montrant un amour et une unitй rare. En tout cas, tout cela ne s’est pas passй sans rumeurs, car la popularitй de Vladimir et Svetlana йtait trop grande.

Ce janvier Vladimir Mouliavine aurait eu 65 ans. Et sans aucune doute il serait arriver а monter son groupe “Pesniary” а un nouveau niveau crйateur, car grвce а lui а l’йpoque le monde a appris que le Bйlarus chantait. Mais il n’est plus lа…

Svetlana Penkina se rappelle:

— J’йtais au dernier concert des “Pesniary” а Minsk. J’avais un peu de crainte car l’вge et la fatigue des artistes pouvaient faire son effet. Et, je me rappelle trиs bien, Mouliavine monte sur la scиne, fait quelques accords, commence а chanter et tout le monde est emballй! Son pouvoir, le pouvoir d’une personnalitй puissante et de talent, йtait infini et йnorme sur le public. Il possйdait une йnorme йnergie.

— Quel que soit le but qu’il visait devant lui, Mouliavine l’obtenait toujours. Mкme pendant sa maladie. Pour son dernier anniversaire nous sommes allйs ensemble а la salle de gymnastique et Vladimir a pu se lever prиs du mur suйdois! C’йtait son but — кtre debout et non couchй, et il a pu le faire. Vous ne savez pas la force de volontй qu’il avait... Sur lui on ne pourrait jamais dire le mot “faible”! Vladimir nous encourageait toujours avec son humour et ses plaisenteries. Il ne se plaignait jamais, ce n’йtait pas son truc. S’il disait tout bas: “Svetlana, il faudrait appeler le docteur”, je savais, que je devais courir а toute vitesse et crier: “Urgence!” Il acceptait toutes les expйriences rйcentes sur son corps, s’il y avait au moins une chance, car iI rкvait de reprendre le travail et de continuer les rйpйtitions…

L’essentiel pour moi maintenant, c’est d’essayer de recueillir le plus de donnйes d’archives possibles, d’articles et de tout ce qui concernait Vladimir. J’ai l’impression que son esprit est revenu de nouveau dans la salle philarmonique. Car, en effet, sa maison йtait ici, dans cette salle oщ il travaillait, car dans prиs de 65 ans de vie Vladimir a crйй pendant 50 ans.

— Quand composait-il d’habitude ses њuvres? А quelle heure et oщ, rйussisait-il а le faire le mieux?

— A la maison, seulement а la maison. Dans la nuit, quand toute la ville dormait, il se levait doucement pour ne pas nous rйveiller, moi et notre fils, et de 4 heures а 6 ou 7 du matin il travaillait. Moi, j’ai recueilli beaucoup de documents vidйo sur Vladimir Mouliavine. Etant devenue sa femme, j’ai arrкtй ma carriиre d’acrtice et j’ai pris place de l’autre cфtй de l’objectif, j’ai commencй а tourner des films moi-mкme. Vladimir m’a achetй une camйra vidйo et je peux dire que je ne la lachait pas, ni а la maison, ni en Afrique, ni en Amйrique, je tournais dans les coulisses et dans les tournйes. La plus grande preuve de confiance de sa part vis-а-vis de moi, йtait d’кtre rйveillйe а 5 heures du matin par Vladimir voulant me montrer ce qu’il avait composй la nuit. Ensuite il se reposait un peu, puis courait au philarmonique pour une rйpйtition, puis au ministиre, car il y avait toujours quelqu’un qui avait besoin d’un service. Ce tourbillon ne s’arrкtait pas pendant toute la journйe: il lui fallait йcouter des musiciens, parler avec les journalistes, etc, etc. Et le soir — les concerts...

— A quoi aspirait l’вme de Vladimir lors de ses minutes libres?

— A ses plus proches amis — livres, peintures, cinйma. Il s’instruisait constamment. Leskov, Saltykov-Tchedrine, qu’il aimait beaucoup pour leur langue forte et exacte. En plus il йtait sensible а la langue en gйnйral. Teffi, Dovlatov, Avertchenko — ces auteurs, il les relisait constamment. Imaginez la situation suivante: nous sommes pour quelques heures а Moscou oщ il faut faire un changement de vol avant de partir en tournйe et pendant ce petit laps de temps nous courrons а grande vitesse au 2-иme йtage du musйe Puchkine pour voir des impressionnistes.

— Avez-vous rйflйchi, pourquoi le destin a-t-il prйparй une fin aussi tragique et impitoyable а Vladimir Mouliavine — son accident et aprиs la maladie?

— J’ai l’impression que Vladimir йtait non simplement un musicien mais il avait une mission а remplir dans sa vie. Et il l’a accompli. “Pesniary” c’йtait sa croix. Il l’a portй. Les йpreuves qui lui sont tombйs dessus, il les a surmontй trиs dignement. Pas de gйmissement, ni de cri, ni de plainte, ni caprice...

— Comment vivez-vous maintenant sans Vladimir?.. Quels sont les mots que vous vous dites pour adoucir l’amertume de sa perte?

— C’est une question trиs йpineuse... Je m’aide avec des acts concrets. Je veux crйer un album photo avec mes commentaires, peut-кtre un film ou une йmission tйlй. J’йprouve une grande responsabilitй pour tout ce qui est liй avec le nom de Vladimir. Je m’occupe du musйe portant le nom Vladimir Mouliavine. En plus, je dois faire tout mon possible, pour que le nom de Mouliavine “ne soit jamais cimentй”, comprenez-vous? Je suis trиs reconnaissante vis-а-vis de notre Prйsident pour son dйcret pour le souvenir en mйmoire de Vladimir. Je lui suis aussi trиs reconnaissante pour son aide dans la crйation du musйe, pour le livre, pour le monument et pour cette relation spйciale au nom de mon mari. Je ne m’y attendais pas, mais le premier, qui m’a fйlicitй pour la fкte du 8 Mars l’annйe de la mort de Vladimir, йtait Alexandre Loukachenko. Et l’annйe passйe il ne m’a pas oubliйe aussi.

— Racontez-nous, comment avez-vous fait connaissance.

— J’avoue honnкtement, que je n’йtais pas une admiratrice du groupe “Pesniary”! On s’est vu pour la premiиre fois au studio “Mosfilm” en 1978, mais nous nous sommes rencontrйs beaucoup plus tard, trois ans aprиs!. J’йtais au studio pour la sonorisation du film “Le chemin des tourments” et Vladimir avec son groupe enregistrait dans un studio un nouveau disque. Je me souvients, j’ai йtй йtonnйe par ma premiиre impression: cette vulnйrabilitй d’enfant et ces immenses yeux rayonnants, sa timiditй et sa surprise. Pour moi, j’ai constatй, que cette personne йtait autre que ce qu’on disaient sur lui. Ensuite, comme j’ai dйjа dit, on ne s’est pas vu pendant trois ans... Et un jour а Grodno, oщ je suis arrivйe pour voir mon pиre, je suis allйe au concert de “Pesniary”. Ils prйsentait leur nouveau programme а la base des chansons de Noлl. C’йtait le premier concert de “Pesniary”, que j’ai vu. Il m’a plu.

— Incroyable, tout le pays йtait fou de “Pesniary” et tout ce que vous pouvez dire c’est “зa m’a plu”... C’йtait en quelle annйe?

— En 1980. J’expliquerai cela. Je connaissais le groupe d’aprиs les chansons, qu’on entendait а la radio et а la tйlй, (“Vologda”, “Le jus de bouleau”)... Mais а Grodno j’ai vu sur la scиne avant tout un spectacle de chanson, le talent vйritable de Mouliavine et j’йtais frappйe... Et Vladimir en ce temps avait dйjа vu mon travail dans le film “Le chemin des tourments”... Et vous mкme, avez-vous entendu les oeuvres principales de Mouliavine? Avez-vous vu ses spectacles?

— Oui, bien-sыr que oui. J’ai mкme vu le spectacle “A haute voix dйclarant Mayakovski”...

— La naissance de l’idйe de ce programme йtait vraiment extraordinaire. Nous йtions en visite chez nos amis, des professeurs de village. Ils nous ont installй dans une petite piиce de leur maison oщ il y avait une йtagиre de bambou avec 13 volumes de Vladimir Mayakovski, йdition de l’annйe 1956. Nous avons pris du rayon le dernier volume et on a commencй а lire jusqu’au premier, livre aprиs livre. Au total, pour crйer ce spectacle cela nous a pris 2 ans. On a tout йtudiй а fond — les journaux, les documents. On m’avait confiйe la sйlection du matйriel littйraire. Nous avons trouvй que Mayakovski “avait йtй cimentй” dans notre pays, alors que son вme criante йtait inconnue. Йcoutez ce qu’il a dit: “Je veux кtre compris par mon pays. Mais si je ne peut кtre compris, je passerai mon pays natal comme passe la pluie”. Comme Mayakovski, Vladimir Mouliavine prenait son talent musical, comme une destination.

— C’est la premiиre fois que vous donnez une interview depuis la mort de Vladimir Mouliavine.

— Je commence juste depuis la mort de mon mari а revenir а la vie...

Irina Dorochevitch
Заметили ошибку? Пожалуйста, выделите её и нажмите Ctrl+Enter
Версия для печати
Заполните форму или Авторизуйтесь
 
*
 
 
 
*
 
Написать сообщение …Загрузить файлы?