La maison ouverte а tous

Alexandre Loukachenko a participй а la confйrence de presse pour les reprйsentants des mйdias russes rйgionaux
Alexandre Loukachenko: On est en train de construir un Etat qui a une orientation sociale. En rйalisant les transformations du marchй nous avons refusй le mot “rйforme”, qui il y a longtemps faisait peur а nos gens en Russie et au Bйlarus, nous parlons plus des rйformes, mais de perfectionnement. Nous n’avons pas pris la voie de la destruction. Nous avons pris ce que nous avions, nous avons remis tout зa de la tкte aux pieds et on a mis sur les pieds ce qui йtait mis par terre, nous avons commencй а perfectionner tout cela, en changeant complиtement la base ou partiellement. Essentiellement nous nous sommes basйs sur le fondement, qui a йtй crйй en Union Soviйtique sur notre terre, et nous avons йrigй un bвtiment normal de l’йconomie, qui donne des rйsultats aujourd’hui.
Nous construisons un modиle, qui est visй avant tout sur un homme! C’est cela qui fait la force principale du Prйsident et de notre pouvoir. Notre force est dans ce que nous n’avons jamais perdu de vue les intйrкts de nos citoyens. Nous luttions toujours pour eux, essaient de les aider, en commenзant par la construction d’une palissade et finissant par la lutte cruelle et irrйconciliable contre la corruption. C’est pourquoi avec tous les dйfauts qu’on a, les gens ne nous ont jamais jouй un mauvais tour et soutenaient le Prйsident et le pouvoir.

Quant а l’agriculture, nous avons acceptй le Programme de la renaissance des villages, autrement dit le sauvetage de nos villages. Cela est aussi typique pour la mиre Russie, vous-mкme en vivant dans les rйgions mieux que quiconque le savez, mкme les Moscovites ressentent cela et le comprennent, surtout les journalistes qui connaissent bien la vie. L’essence de ce programme consiste en ce que tout ce qui est traditionnel a vieilli. Les technologies sont vielles. Si nous ne pensons pas maintenant aux villages, а la date de l’entrйe а l’OMC dans nos villages il ne restera plus personne. Notre agriculture et surtout celle de la Fйdйration de Russie deviendra non compйtitifs avec les entreprises occidentales agricoles.

C’est pourquoi, en voyant cette perspective et en se rendant compte que le monde va vers une globalisation et unification, en comprenant que nous ne pourrons pas nous protйger par le calcul de tarif et de taxe correspondante, nous avons йtй obligйs de “retourner” au village. Pour nous c’est une question d’importance primordiale, j’ai en vue la modernisation de l’agriculture, de la culture des plantes et surtout de l’йlevage et d’arriver aux frais les plus bas du prix de revient de la production agricole. Tout cela pour кtre compйtitif au niveau des prix et de la qualitй vis-а-vis des produits occidentaux.

Nous garderons notre pays tel, qu’il est. Bien plus, chaque mois il deviendra de mieux en mieux. Certes, pour nous les йlections prйsidentielles sont un veritable examen, qui je dois passer, ainsi que le Gouvernement et toutes les branches du pouvoir. Chez nous c’est comme зa. C’est un examen. Et chaque examen demande une prйparation solide. Certes, nous nous prйparons а cela, non pour raconter dans l’йcran tйlй ce que nous ferons et dire comment nous sommes beau. Le peuple nous regarde depuis dix ans. Qu’est-ce qu’on peux lui raconter? Nous devrons dire ou plutфt rappeler aux gens ce qui a йtй fait ces derniиres annйes et, peut-кtre, rappeler encore une fois ce que nous ferons, parce que nous en avons dйjа parlй.
De plus, chers amis, en parlant des prйsidentielles, je voudrais vous mettre en garde contre une thиse embrouillйe, qui est rйpandu par certaines personnes en Fйdйration de Russie, que l’issus des prйsidentielles se dйcidera quelque part en dehors du Bйlarus. Sortez cela de vos tкtes.

L’issus de nos йlections sera dйcidй au Bйlarus et par le peuple biйlorusse! Le Bйlarus c’est un pays, qui a choisi а titre de prioritй dans sa politique йtrangиre la Russie, notre Russie! Cela doit кtre claire pour tout le monde!
Mais cela ne signifie pas que nous ne nous intйressons qu’а la Russie. Nous avons des intйrкts dans d’autres pays aussi. Dans nos projets immйdiats une visite officielle en Chine. Nous avons de bon relations avec la Rйpublique Populaire Chinoise. Elle nous a toujours soutenu d’une faзon franche et elle nous soutient encore aujourd’hui. Nous avons de bonnes relations avec le monde musulman, mкme si cela ne plaоt pas aux autres.

Surtout avec les йtats arabes. Pourquoi nous devrions nous facher avec eux, si nous avons augmentй de dix fois l’йchange des produits avec eux? Nous devons mener une politique internationale pragmatique. Mais nous йtions toujours avec vous, ont йtaient toujours ensemble et ce n’est pas а moi de vous le prouver. Nous serons toujours avec vous. Mais cela ne signifie pas que nous deviendrons la 90-иme ou la 89-иme province de la Fйdйration de Russie. Cela n’arrivera jamais! Seulement en conditions d’йgalitй!

C’est pourquoi il ne faut pas penser que les йvйnements biйlorusses sont des йvйnements “krйmlins”. En aucun cas. La dйfaite hypothйtique du pouvoir actuel au Bйlarus serait un coup trиs cruel pour la Russie.
Ce que m’a rйjouit c’est le fait que mкme les plus grandes forces d’Amйrique et d’Europe, mкme en Grande-Bretagne, j’ai йtй йtonnй, tout а fait rйcemment car j’ai reзu cette information, plusieurs dйclarent ce que si Loukachenko gagne ces йlections, ils le reconnaоtrons de facto. Il faut arrкter de presser le Bйlarus, c’est le centre de l’Europe, les Europйens ne se sentent pas mieux suite а la pression sur le Bйlarus, en gйnйral, cela porte un caratиre contre productif et ces derniers temps cela n’a amenй а rien et n’a pas amenй le rйsultat que dйsirait l’Ouest. C’est-а-dire que dйjа maintenent cette tendance se dessine. Moi, je souhaite la bienvenue а cette tendance du cфtй des Etats occidentaux.

Si nous disions que nous n’avons pas fait attention aux йvйnements en France, cela serait incorrect. Si nous disions que nous ne sommes pas du tout inquiй de ces йvйnements, cela serait aussi un mensonge. Nous n’avons pas de raisons pour nous inquiйter d’une possibilitй d’йvйnements qui ont eu lieu en France. Nous n’avons presque pas d’originaires d’Afrique du Nord ou d’autres rйgions identiques. Ceux qui restent, ce sont ceux qui sont arrivйs chez nous pour recevoir une formation supйrieure, ainsi que les mйdecins, les йconomistes et les techniciens, eux, ils peuvent rester ou revenir s’ils veulent. C’est pourquoi nous n’avons pas de problиmes avec cela.

De plus, nous sommes prudents sur cette question. Notre rйpublique est l’une des plus internationales, mais cela ne signifie pas que nous ne contrфlons pas les procиs migratoires. Chaque annйe presque 30 mille personnes arrivent dans notre pays. 1,5 mille personnes repartent pour diffйrentes raisons, mais jamais d’aprиs des raisons sociales. Tandis que ceux qui arrivent le font d’aprиs des raisons sociales. Essentiellement ce sont les Russes, les Biйlorusses et les Ukrainiens qui reviennent de la Fйdйration de Russie, beaucoup du Kazakhstan. On les acceuille avec plaisir, on leur donne un logement. Heureusement, il y en a beaucoup qui s’installent dans les villages, dont beaucoup de familles nombreuses. Qu’est-ce que c’est un homme russe? On le voit souvent а la tйlй, les familles avec cinq ou six enfants viennent chez nous, de bonnes familles. Quand je visite ces villages, je visite ces familles, je regarde. Cela nous fait plaisir. Pourquoi? Parce que dans notre pays а la suite des guerres presque tous les gens ont йtй tuй sur ce territoire immense. Il y a ceux qui disent que le Bйlarus est petit. Est-il vraiment petit? Nous avons 10 millions d’habitants, aujourd’hui il nous en faut 30 millions et nous pourrions nourrir mкme 70. La terre est fйconde ici. C’est pourquoi nous avons une bonne ambiance. De ce point de vue, il n’y a pas de place pour des conflits interethniques ou interreligieux.

Maintenent en ce qui concerne l’Etat Commun. Je vous jure que de mon cфtй et du cфtй des Biйlorusses il n’y a aucun bloquage. Je veux souligner encore une fois l’essenciel. Nous avons signй d’abord l’Accord sur l’union, ensuite l’Accord sur la crйation de l’Etat Commun et les instruments de sa ratification. Le premier acte du Prйsident de la Fйdйration de Russie Vladimir Vladimirovitch Poutine a йtй l’йchange des instruments de ratification conformement а l’Accord. C’est-а-dire le Prйsident de la Russie a soutenu absolument ce procиs! Ouvrez, les amis, l’Accord lisez-le et dites qui ne le suit pas? Cet Accord a une annexe de caractиre йconomique, oщ nous avons pris la dйcision avec le Prйsident de la Russie de la crйation des conditions йgales pour nos citoyens, nos entreprises, pour le business et le capital.
L’accord est un programme de construction d’Etat Commun. Qu’est-ce qui s’est passй aprиs? Moi et Vladimir Vladimirovitch, nous sommes contre de ce qu’il faut affaiblir l’Accord, soit par la Constitution ou par des changements de cet Accord. Rappelez-vous, а l’йpoque tout le monde disait que Loukachenko se prononce pour l’union d’aprиs les principes de l’Union Soviйtique, tandis que Poutine pour l’union sur les principes de l’Union Europйenne. C’est vrai. Je disais toujours: а quoi зa sert de rйpйter l’expйrience de l’Union Europйenne, nous avons beaucoup plus d’expйrience. Il faut construire notre Etat Commun а la base de cette pratique et de cette expйrience. Mais “Non, il faut construire notre Etat selon les principes de l’Union Europйenne”. Et comme la dйcision est acceptйe par le consensus, si une partie ou un prйsident est “contre” et l’autre “pour”, la dйcision ne peut кtre prise. Nous avons commencй а chercher des solutions. Lors de la derniиre rencontre а “Zavidovo” suite а ce que la Russie ne veut pas crйer un Etat Commun fort qui aurait des responsabilitйs considйrables, j’ai acceptй pour йcrire un Acte Constitutionnel conformйment sur les principes de l’Union Europйenne. On verra ce que l’on pourra en faire aprиs.
Les partis sont forts quand ils apparaissent lа et а l’heure quand tous les conditions nйcessaire pour cela ont mыri dans cet endroit.

Nous avons le systиme majoritaire des йlections. Chez nous chaque dйputй connaоt la circonscription oщ il est йlu. Cela peut-кtre un freine quelque part pour le procиs de crйation des partis. Outre cela, prenez les йtudes sociologiques d’aprиs lesquelles les Russes et les Biйlorusses ont une attitude presque identique envers les partis. Croient-ils les partis? Non. Mais les partis apparaissent comme les champignons. Pourquoi? Parce qu’ils naissent artificiellement. Nous ne trouvons pas nйcessaire de faire cela artificiellement au Bйlarus. C’est pourquoi nous n’avons ni cette construction de partis, ni leur essor impйtueux. Parce que chez nous ni le Prйsident, ni le Gouvernement, ni les fonctionnaires n’initient cela par dessus. Il est interdit de le faire par voie artificielle. Ce sont du temps et de l’argent dйpensй pour rien. Y rajoutez notre mentalitй, celle des Russes ou des Biйlorusses, et tout deviendra clair. Au Bйlarus existe 17 partis. Nous ne les empкchons pas de vivre et de travailler. S’il leur plaоt. Ils participeront aux йlections pendant lesquelles ils s’unissent, se sйparent, йlisent et rййlisent leurs leaders. Nous ne poussons pas а ce processus. Nous ne les retenons pas et ne les poussons pas. Ce processus a un dйveloppement objectif chez nous.

Les journalistes russes а la rencontre d’Alexandre Loukachenko



Elйna KOROTKAYA, le chef-rйdacteur de la revue “Йlite de la Russie”, Moscou:

— Je suis arrivйe au Bйlarus une deuxiиme fois. La premiиre fois avec un groupe de journalistes de la capitale biйlorusses j’ai visitй Mogiliev. Votre pays m’a bouleversйe. Un beaux pays, de beaux gens. Nous, les reprйsentants de l’opinion publique de notre pays, dans la mesure de nos forces nous vous soutiendrons dans tout.

Mikhaпl ZEMSKOV, le rйdacteur en chef du journal “Patriote”:

— Alexandre Loukachenko a exprimй non seulement ses propres sentiments, mais ceux de tout le peuple: il est impossible de sйparer les Russe et les Biйlorusses. Il est clair que pour nos deux Йtats survivre а part serait trиs problйmatique.

Lйonid TIMOFEEV, le rйdacteur du service d’information internationale du journal “Tribune”:

— Les questions qui ont йtй posй au Prйsident concernaient l’une ou l’autre faзon des йvйnements qui se passent chez nous dans la patrie et ses rйponses ont йtй donnй dans le cadre de ces problиmes, que nous voudrions rйsoudre. C’est juste ce qu’il nous faut. Nous avons entendu beaucoup sur le modиle biйlorusse du dйveloppement social et йconomique, que plusieurs d’entre nous voudraient voir rйalisй dans notre pays. La mкme chose pour le complexe agro-alimentaire, l’infrastructure communale et la privatisation. Le sujet aigu c’est la crйation d’un Etat commun. Un grand nombre de personnes en Russie attendent une rйponse а la question pourquoi cet idйe ne prend pas force. Nous avons compris la vision de ce problиme par votre Prйsident et maintenant nous comprenons mieux les raisons de ce que l’intйgration ne se dйroule pas aussi vite qu’on le voudrait.

Ludmila KONDRACHOVA, la collaboratrice du “Journal йconomique et philosophique”:

— La plupart des questions posйes au Prйsident d’une maniиre ou d’une autre concernait les perspectives d’un Etat commun. Malheureusement il y a des raison pour s’inquiйter de son futur. D’une part, nous avons vu les succиs de votre politique sociale et йconomique exceptionnellement atteints grвce au travail dйvouй et au potentiel intellectuel du peuple. D’autre part, n’avez-vous pas peur de perdre tout cela aprиs l’union avec un tout autre systиme йconomique et plus puissant que le votre? Une autre question importante concerne l’idйe nationale. Dans votre pays nous avons vu sa rйalisation: “Pour un Bйlarus fort et prospйrant!” Pour cela travaille la “tкte” du pouvoir et les systиmes juridiques et sociaux. C’est un exemple trиs convaincant.

Elйna LIAKH, le rйdacteur en chef de l’agence d’information du district Solnetchnogorski de la rйgion de Moscou:

— Puisque nous vivons aux alentours de Moscou, nous sommes souvent invitйs aux grandes et sйrieuses rencontres. Mais aujourd’hui nous avons йprouvй pour la premiиre fois un respect particulier vis-а-vis des journalistes. J’ai l’intention d’йcrire d’une faзon objective sur ce que j’ai vu ici: les paroles et les affaires ne sont pas sйparйes. Lors de notre voyage nous avons pu parler avec les gens du peuple. A la suite de ces conversations nous avons eu une certaine opinion. Mais nous avons entendu la mкme chose de la part du Prйsident. Ainsi, l’idйologie du dйveloppement du Bйlarus prend en considйration les sentiments les plus importants, radicaux et profonds du peuple.
Заметили ошибку? Пожалуйста, выделите её и нажмите Ctrl+Enter
Версия для печати
Заполните форму или Авторизуйтесь
 
*
 
 
 
*
 
Написать сообщение …Загрузить файлы?