La douane rйcupиre les biens du Bйlarus

Et ouvre de nouveaux musйes
La position gйographique du Bйlarus a toujours attirй les contrebandiers de toutes sortes. Malheureusement, dans ce nouveau millйnaire notre pays reste toujours une zone de transit pour les marchandises illйgales, parmi lesquelles les antiquitйs occupent une des premiиres places.

А vrai dire, ces derniers temps cette marchandise spйcifique a acquis une nuance menaзante qui n’a rien а voir avec celle de la patine noble. L’intйrкt des collectionneurs pour les vestiges de la Deuxiиme guerre mondiale a augmentй. La demande a engendrй la proposition: а la douane biйlorusse ont jailli les trophйes militaires de toutes sortes, les objets avec une symbolique du “troisiиme reich”, les mйdailles, les piиce de monnaie... Aujourd’hui les prix de ces reliques sont considйrables. Pour la croix de fer avec laquelle les officiers blessйs dans le bunker de Hitler pendant l’attentat de Schtauffenberg ont йtй rйcompensйs un acheteur anonyme de Munich a payй 30 mille euro lors d’une vente aux enchиres. Un autre amateur europйen de raretйs a payй 19,5 mille euro pour un vase offert а Hitler et 37 mille pour le porte-cigares en argent du fuehrer avec une croix gammйe et un aigle gravйs sur son couvercle. Bien que les associations publiques tentent d’obtenir l’interdiction de la diffusion des symboles fascistes sur Internet accessible а tous, par exemple, la plus grande vente aux enchиres de rйseau qui est Ebay.com en ce moment propose presque 5 mille objets liйs aux nazis, des piиces d’un prix de 17,5 dollars jusqu’aux йtendards а 500 dollars...

Lа, oщ on peut gagner de l’argent, et surtout beaucoup d’argent, les normes morales n’existent pas. Pour les antiquitйs allemandes la demande est double: les collectionneurs les apprйcient pour leur dйcor et leur design, mais pour les gars aux tкtes rasйes qui grandissent sur les jeux informatiques proposant de changer l’histoire de la Grande guerre nationale ces objets n’incarnent plus le mal mondial mais un certain romantisme dйfendu. La leзon principale que l’histoire peut nous apprendre est que l’humanitй ne souhaite pas en tirer de leзons...

— Voilа l’inventaire des objets confisquйs а la douane de Gomel, Vassily Tchernik, prйsident de la commission rйpublicaine d’experts pour la distribution des valeurs retenues par les organismes douaniers du Bйlarus, feuillette un lourd classeur des valeurs soi-disantes sauvйes dont le destin ultйrieur doit кtre dйcidй dans un avenir le plus proche. Des statuettes de porcelaine, des cuillers, de la vaisselle, une bouilloire avec un aigle — tout est avec la croix gammйe aux initiales SS, des lorgnettes de la fabrication allemande... Tous ces objets ont une valeur historique et se trouveront par la suite dans les musйes nationaux et rйgionaux. L’histoire c’est l’histoire et il faut connaоtre tous ses aspects, y compris les moins attrayants. C’est pourquoi ces objets doivent faire partie de expositions des musйes.

— Comment les douaniers rйussissent-ils а “dйtecter” les filoux?

— Voilа l’inventaire des valeurs qui ont йtй retenus par les employйs de la douane rйgionale de Grodno: une assiette dйcorative du XVIII siиcle, une poupйe de porcelaine avec des cheveux naturels du XIX siиcle, des miroirs, de la vaisselle, encore une ancienne poupйe mйcanique, le rкve de l’antiquaire... А propos, on n’a pas rйussi а trouver les propriйtaires de plusieurs objets prйcieux. Il arrive souvent que le maоtre est assis dans le mкme compartiment oщ on a dйcouvert la raretй illйgale mais il nie catйgoriquement la liaison avec elle ou il dit qu’il ne savait pas qu’il йtait nйcessaire d’obtenir une permission pour son exportation.

— Rйcemment un de mes amis est parti six mois en dйplacement а l’йtranger et a dйcidй de prendre un violon — c’est son hobby. Il s’est trouvй que la procйdure de rйception du certificat nйcessaire est l’affaire de cinq minutes, il a dы йnormйment courir bien que ce soit un violon ordinaire, fait а l’usine...

— Mais les douaniers ne comprennent presque rien dans de telles finesses. Les violons sont inscrits dans la liste des objets dont l’exportation est limitйe. Si l’objet est inscrit dans la liste d’Etat des valeurs historiques et culturelles du Bйlarus, son exportation du pays est catйgoriquement interdite, c’est possible seulement dans le cadre des йchanges intergouvernementaux et pour un temps limitй. Dans le paragraphe des valeurs de cette liste il y a presque 8 mille raretйs du Musйe national d’art, de la Bibliothиque nationale et des collections privйes... En rйalitй ce n’est pas beaucoup, il arrive que notre commission distribue jusqu’а 10 mille objets а la fois.

— Je connais, la dйcision du destin ultйrieur des valeurs “sauvйes” qui est prise par la commission dans laquelle soient reprйsentйs pratiquement tous nos musйes. Il n’y a pas d’offensйs?

— Bien sыr, parfois il arrive qu’un objet soit demandй par plusieurs musйes. Par exemple, quand sur la douane rйgionale de Grodno on a confisquй un Coran du XV siиcle, une discussion sйrieuse entre les employйs du Musйe biйlorusse d’Etat de l’histoire de la religion et la Bibliothиque nationale. Donc, ayant pris en considйration que dans la bibliothиque sont crййes toutes les conditions pour la conservation des anciens livres, l’in-folio unique a йtй remis lа-bas, mais pour le musйe de l’histoire et des religions on a fabriquй une copie йlectronique et un moulage du Coran... Par contre les appareils de photo allemands de la pйriode de la Grande guerre nationale se sont trouvйs pratiquement dans tous les musйes — а la veille de l’anniversaire de la Victoire les douaniers nous ont remis prиs de deux dizaines de ces raretйs.

— Est-ce que les contrebandiers changent leurs moyens pour cacher les valeurs?

— Bien sыr! On cache souvent les piиces de monnaie et les coupures dans les stylos modernes ou les portables, “la classique du genre” — le double fond dans les valises — est toujours а la mode... Je ne peux pas oublier il y a cinq ans а la frontiиre belorusso-lithuanienne on a dйcouvert une ancienne icфne qu’on essayait de transporter comme une table pliante — pour la “conspiration” l’icфne a йtй coupйe en 4 parties. Heureusement, on a rйussi а la restaurer.

— А la fin de l’annйe а Minsk on va crйer le musйe de la douane biйlorusse...

— Ces derniers temps ces musйes se sont dйjа ouverts а Brest, а Gomel — nous remettons la plupart des valeurs confisquйes aux musйes rйgionaux, il y a beaucoup de gens qui ne peuvent pas venir dans la capitale pour admirer les reliques. Je peux promettre qu’ а Minsk la collection des valeurs sauvйes sera aussi impressionnante.

Irina Zavadskaпa
Версия для печати
Заполните форму или Авторизуйтесь
 
*
 
 
 
*
 
Написать сообщение …Загрузить файлы?

Новости
Все новости