ASSAUT CЙRЙBRAL

<img class="imgl" alt="" src="http://www.belarus-magazine.by/images/11061301.jpg" />Transfйrons-nous dans un proche avenir proche et regardons l’йconomie d’innovation. Dans les villes agricoles on йrige des maisons en matйriaux des plus modernes, confortables et йconomes faites au Bйlarus. Grвce а l’application de technologies rйcentes dans la construction ces logements sont beaucoup plus accessible...
De la carte йconomique disparaissent les derniиres productions inefficaces, orintйes premiиrement pour le stockage. Au lieu de celles-ci apparaissent de nouvelles productions, oщ domine les ressources intellectuelles. Il se dйveloppent impйtueusement la microйlectronique, les technologies laser, la production d’appareils optiko-mйcaniques, d’йquipement mйdical, les mйdicaments gйnйriques et originaux. Les sociйtйs produisant des technologies d’йconomie d’йnergie se concurrencent entre elles. Les composants de gaz et de pйtrole occupe une toute petite part dans le prix de revient de la production... Des centres techniques apparaissent. А l’exemple de la ville d’Espoo en Finlande (oщ se trouve le consortium mondialement connu “Nokia”) dans quelques villes du Bйlarus la science, l’industrie et le capital bancaire forment des bousters puissants, produisant une production “sage” orientйe pour l’export.
Le prestige de la profession de scientifique augmente. Le principal paramиtre de l’efficacitй devient non la quantitй de travail йcrit et de thиses soutenues, mais est l’importance des йlaborations mise en route.
Internet et les systиmes d’information se dйveloppent. Le commerce, les services bancaires et d’instruction occupent de nouvelles niches dans le rйseau. Le style de la gestion Se perfectionne. Les entreprises demandent а chaque travailleur une appoche crйative et une augmentation constante du niveau d’instruction. Les milliers de personnes, qui s’occupaient avant d’un travail de “grate- papier” commencent а produire rйelement, car tout le traitement des documents passe sous une forme compacte йlectronique...
Est-ce que cela est possible? Je pense, que oui. Notre communautй scientifique et le Gouvernement ont йlaborйs les pronostics correspondants.
Le vecteur d’innovation n’est pas une simple mode universelle, mais une rйelle nйcessitй, a dit rйcemment le vice-ministre de l’йconomie Andreп Tur. D’aprиs lui, le projet du programme du dйveloppement social et йconomique du pays pour 2010–2015 a prйvu un accroissement annuel du PIB dans un volume de 7 а 8 pour-cents. “Pour survivre et concurrencer les economies des pays industriellement dйveloppйs, une telle croissance annuelle est nйcessaire, — a expliquй le vice-ministre de l’йconomie. — Cependant si nous concentrerons et intensifierons le PIB seulement par la production physique des produits, nous aurons une croissance menacйe par la composante de la production publique. C’est pourquoi pour nous l’ important est la voie d’innovation du dйveloppement”. Autrement dit, grandir il le faut quantitativement et qualitativement. А prйsent la composante d’innovation du produit global biйlorusse se trouve dans la limite de 1,2 et 1,4 pour-cents, mais il est nйcessaire de l’augmenter jusqu’а 30. C’est une tвche difficile, car entre le dйsire et le rйel se trouve une distance йnorme. Mais qui veut, peut. Pour cela il faut surmonter deux sйrieux obstacles.
Premiиrement, financier. Pour les innovations l’argent, assez souvent est grandement nйcessaire. Oщ le prendre? Dans son exposй (qui a йtй prйsentй au forum international “Technologies d’innovation et des systиmes” qui a eu lieu а Minsk) Igor Voitov, vice-prйsident du Comitй d’Etat de la science et des technologies, a dit, que les sources du financement des activitйs du programme d’Etat pour le dйveloppement d’innovation seront les moyens du budget, les moyens personnels des entreprises et des organisations, les fonds d’innovation, le fonds du soutien des fabricants de produits agricoles, des crйdits de banques et des investissements йtrangers. En principe, tout est logique et clair. Les projets d’йchelle demandent une variйtй des flots. On veut cependant dйbattre du sujet pour que la premiиre place parmi les sources de financement soit l’argent budgйtaire. Il y a а la fois des questions: ces finacements, suffiront-ils et dans quel ordre seront-ils distribuйs, n’apparaоtra-t-il pas des divisions d’enfants gвtйs et offensй? Et l’essentiel: Comment contrфlerons-nous l’efficacitй de l’utilisation de l’argent des contribuables? En effet, sous l’enseigne de “projet d’innovation” il peut y avoir une utilisation trиs embrouillйe des moyens budgйtaires.
N’est-il pas prйfйrable de transfйrer le centre de gravitй du financement directement aux entreprises? Que chacun compte en premier lieu sur lui-mкme et que tous se trouvent dans des conditions йgales de concurrence. Une telle approche est un outil tout а fait йvident: la rйduction du taux de l’impфt sur le bйnйfice. Maintenant elle est comme en Russie de 24 pour-cents (le ministиre des finances russe prйvoit de rйduire, paraоt-il, celle-ci jusqu’а 20 pour-cents, le motif — le dйveloppement de l’innovation). La rйduction de l’impфt sur le bйnйfice, qui dans notre pays n’est pas la principale ressource du budget de ces derniиres annйes. Puisque le bйnйfice est, proprement dit, la source la plus importante de la rйnovation de production... Probablement, qu’il faut fermement penser а ce point.
Deuxiиme, sur quoi faut-il sйrieusement rйflйchir, c’est la bonne volontй des travailleurs et des directeurs des entreprises pour les innovations. Est-elle assez haute, cette volontй? Quelle est l’activitй ces derniers temps, qui augmente la part de l’intelligence dans la production et qui se rйalise dans les entreprises biйlorusses? D’aprиs quelle initiative? Combien de temps se passe-t-il entre le moment de la naissance du projet d’innovation et sa rйalisation? Quels facteurs stimulent l’activitй d’innovation? De quoi dйpendent les projets? Je crois, qu’une йtude complиte йclaira ces questions et nous sera nйcessaire. Dans ce cas-lа le Gouvernement aurait dans ses mains “une carte de travail” sur laquelle seraient marquйs “les points de la croissance” et “les points morts”. Cela ferait un mouvement vers les 30 pour-cents dйsirйs de PIB dans un maximum d’exactitude. Les consortiums biйlorusses comme “Nokia”, donnant au monde une production d’innovation, probablement, apparaоtraient avant 2015 ou mкme 2010... Et j’ai aucune doute que de telle formation de corporations pareilles est rйelle.

[i]Vitaliп Artemenko[/i]
Заметили ошибку? Пожалуйста, выделите её и нажмите Ctrl+Enter
Версия для печати
Заполните форму или Авторизуйтесь
 
*
 
 
 
*
 
Написать сообщение …Загрузить файлы?